PARTAGER

«Nous avons remarqué une politique de deux poids deux mesures sur l’arrêté portant interdiction de la prière du vendredi», regrette Pape Abdourahmane Kounta. Le porte-parole de la famille Ahloul Kountiyou, face à la presse ce samedi, pense que «le gouvernement de Macky Sall n’est pas allé au fond de sa logique». Car, dit-il, «la mesure d’interdiction a été partielle» ; d’où son appel à l’Etat et aux familles religieux «à préserver la paix» et d’éviter «la division au sein des familles religieuses». Il ajoute : «Unissons-nous davantage parce que nous partageons ce pays !» Au président de la République, il dit : «Tout le monde et toutes les familles religieuses vous ont à l’œil.» Il a rappelé que la cité Akhlou Kountiyou s’est pliée à l’injonction du préfet faisant état de l’interdiction par le gouvernement de la prière du vendredi pour éviter la propagation du Covid-19. Et cela, dit-il, malgré «les préceptes et recommandations de l’islam». La voix de Ndiassane ajoute : «Nous avons voulu prier, mais à cause de la force de la loi et sur insistance du préfet, nous nous sommes dit qu’il fallait respecter la décision. Et j’avais demandé au préfet que cette injonction doit concerner toutes les familles religieuses.» Dans son speech, il a demandé à la population sénégalaise de beaucoup prier pour freiner l’expansion du Covid-19.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here