PARTAGER

La cellule juridique de Aïda Diallo n’a pas apprécié la décision du Préfet de Mbour, qui a interdit la tenue du magal à Médinatoul Salam. Selon elle, le Préfet a tout simplement piétiné le droit. C’est pourquoi, elle entend défendre les droits de l’intéressée, qui «est citoyenne sénégalaise». Selon elle, «cette décision est une violation flagrante de l’ordonnancement juridique relatif aux manifestions. Elle est illégale sur la forme comme dans le fond, car le motif de préservation de l’ordre et de la quiétude est insuffisant».
La cellule juridique de Sokhna aïda Diallo estime qu’ «une lettre administrative n’a pas vocation» à interdire une manifestation publique en rappelant que le droit de manifestation, garanti par l’article 8 de la Constitution sénégalaise, est piétiné de manière caractérisée par l’autorité administrative. «Quel est le projet ? A quelles fins ?», s’interroge la cellule juridique de Sokhna Aïda Diallo.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here