PARTAGER

L’Agence internationale de l’énergie atomique développe de nombreux projets au Sénégal dans les secteurs de la santé, de l’agriculture, de la nutrition, de la gestion de l’eau, de la sécurité et de la sureté entre autres. Ces cinq dernières années, l’Aiea a investi 5,5 milliards de francs Cfa dans la formation, les équipements et les missions d’expertise.

Le directeur Afrique de la coopération technique de l’Agence internationale de l’énergie atomique (Aiea), M. Abdulrazak Shaukat, est en visite au Sénégal. Après avoir visité l’Université de Dakar, les hôpitaux de Grand-Yoff (Hoggy) et Dalal Diam, M. Shaukat a tenu hier une réunion avec le ministre de l’Enseignement supérieur. Selon le Pr Marie Teuw Niane, la rencontre a permis à la partie sénégalaise d’exposer la dizaine de projets d’utilisation pacifique du nucléaire qui sont en cours entre le Sénégal et l’Aiea. Ces cinq dernières années, l’Aiea a investi 5,5 milliards de francs Cfa dans la formation, les équipements et les missions d’expertise. Pr Teuw Niane ajoute que la coopération entre le Sénégal et l’Aiea a eu des résultats importants, notamment dans le domaine sanitaire avec l’éradication de la mouche tsé-tsé dans les Niayes par l’utilisation de la technique de la mouche stérile, un projet primé à l’occasion de l’Expo Milan 2015. Dans ce même domaine, l’Aiea finance pour plus de 92 millions de francs Cfa, un projet du Laboratoire national d’élevage et de recherche vétérinaire (Lnerv) de l’Institut sénégalais de recherche agricole (Isra). Loin des applications militaires, le nucléaire trouve en effet des applications dans les domaines de la santé, de l’agriculture, de la nutrition, de la gestion de l’eau, de la sécurité et de la sureté, entre autres. Parmi les plus connues, l’application du nucléaire dans le domaine de la santé, de la lutte contre le cancer en particulier est inscrite comme une priorité dans la coopération. Ainsi, le service de médecine nucléaire de Hoggy a obtenu de l’Aiea une Gamma camera d’une valeur de 300 millions de francs Cfa. Avec la panne de la machine de radiothérapie au cobalt, le Sénégal a fait l’acquisition de 3 accélérateurs linéaires qui ont été livrés au mois de juin dernier. «Cette situation nouvelle induit encore plus un besoin de ressources humaines qualifiées, en particulier des physiciens médicaux. Aujourd’hui, le pays ne dispose que de 2 radio physiciennes en service à l’hôpital Aristide le Dantec», informe une note d’information élaborée de l’officier de liaison avec l’Aiea.
Dans le domaine de la sécurité alimentaire, l’utilisation des techniques nucléaires peuvent apporter une contribution importante dans la production agricole et la consommation, notamment en aidant à la mise au point de nouvelles variétés pour l’atteinte de l’autosuffisance en riz par exemple et la diversification des spéculations. «Plus de 120 millions de francs Cfa ont été investis par l’Aiea au Sénégal», informe le document. Dans ce secteur, 3 projets pilotés par le département de biologie végétale de l’Université de Dakar ont été menés entre 2006 et 2015. «L’objectif de ces projets est d’améliorer la productivité du niébé et du sésame par la création de nouvelles variétés qui s’adaptent à la sècheresse», indique le document. Pour M. Shaukat, la coopération entre le Sénégal et l’Aiea se porte bien. Ces 17 dernières années, 60 experts sénégalais ont été formés et 114 missions ont été financées, souligne M. Shaukat.
mamewoury@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here