PARTAGER

Après avoir reconnu Adama Barrow comme président la République islamique de la Gambie, la présidente de la Commission de l’Union africaine l’a invité au prochain sommet de l’organisation continentale le 30 janvier prochain à Addis Abeba.

Le nouveau président de la République islamique de Gam­bie prendra part à la 28ème  session ordinaire de la Con­fé­rence de l’Union africaine (Ua) prévue du 30 au 31 janvier prochain à Addis Abeba dans la capitale éthiopienne. Adama Barrow, officiellement investi Président jeudi dernier à l’ambassade de Gambie à Dakar, a été invité hier par le Conseil de paix et de sécurité de l’Ua. Ce dernier a fait cette invite à l’occasion de sa 654ème  réunion sur la situation post-électorale en Gambie. Alors que les tractations pour faire sortir pacifiquement le Président sortant Yahya Jammeh de Banjul se poursuivent, le Conseil de paix et de sécurité de l’Ua dit attendre «avec intérêt la participation du Président Adama Barrow à la 28ème session ordinaire de la Con­férence de l’Union africaine, prévue du 30 au 31 janvier 2017, à Addis Abeba, en Ethiopie».
Dans un communiqué, le Conseil  de paix et de sécurité de l’Ua se réjouit de la résolution 2337 (2017), adoptée le 19 janvier dernier, par laquelle le Conseil de sécurité des Nations unies fait siennes les décisions de la Cedeao et de l’Ua de reconnaître M. Adama Barrow comme Président de la Gambie. Il de­mande ainsi aux pays de la ré­gion et aux organisations régio­nales compétentes de coopérer avec le Président Barrow dans ses efforts en vue de procéder au transfert des pouvoirs. Par ail­leurs, il faut noter que le Conseil de paix et de sécurité de l’Ua reste préoccupé par l’évolution de la situation humanitaire en Gambie et au Sénégal. Il s’agit en particulier des conditions de vie des personnes déplacées et des réfugiés. A cet égard, le Conseil ap­pelle les Etats membres et l’en­semble de la communauté internationale à apporter l’assistance nécessaire aux personnes affectées.
Par ailleurs, l’Ua note avec préoccupation l’évolution de la situa­tion humanitaire en Gam­bie et au Sénégal, en particulier les conditions de vie des déplacés internes et des réfugiés. A cet égard, le Conseil appelle les Etats membres et l’ensemble de la communauté internationale à apporter l’assistance nécessaire et reste attentif par rapport à l’évolution de la situation dans ce pays.
ksonko@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here