PARTAGER

Pour venir à bout du terrorisme, il n’y a pas mille solutions. «Aucun Etat ne peut vivre en autarcie. Le péril de l’insécurité ne peut pas être combattu par un seul pays. Il faut promouvoir le multilatéralisme à travers le G5 Sahel», a déclaré Jacob Ouédraogo, l’ambassadeur du Burkina Faso au Sénégal, ce 11 décembre 2018 lors de la célébration du 58èmeanniversaire de l’accession de son pays à l’indépendance. Ainsi, le diplomate appelle à l’unité pour combattre l’insécurité dans la sous-région. A l’en croire, c’est une nécessité d’unir nos forces pour avoir une chance de gagner ce com­bat. «Des centaines d’écoles sont fermées, des milliers d’élèves ne vont plus à l’école, c’est une compromission aux efforts d’alphabétisation. Nous étions à un taux appréciable mais ça risque de dégringoler. Dans certaines zones, il y a l’impossibilité d’apporter les services sociaux de base. Il y a une reprise en main de la situation», a-t-il fait savoir en marge de la réception qu’il a offerte à ses compatriotes. Pour ce 58ème  anniversaire, le Burkina Faso a choisi la bonne gouvernance, l’équité sociale pour une Afrique juste comme thème. «Cette célébration est l’occasion de se resserrer les coudes pour faire face à cette menace qui compromet le développement amorcé d’où le choix du thème. Le Burkina Faso traverse des moments difficiles malgré la volonté des autorités liés au défi sécuritaire. Nous faisons l’objet d’attaques par les forces du mal. Notre pays n’a pas beaucoup de ressources. Le peu que nous avons doit être utilisé à bon escient dans le sens de répondre aux aspirations des masses populaires», a-t-il informé. Il faut noter que la réception a pu se faire grâce à la participation de la communauté burkinabè de Dakar. Elle a mobilisé plus de 7 millions Cfa.
mgaye@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here