PARTAGER

Au pays des Mboka, il faut désormais faire sans Yahya Jammeh. Puisque le pouvoir n’est plus entre ses mains. Son départ ne résulte point d’un putsch dont il avait la phobie. Mais tout simplement de la volonté des hommes de son pays, ses compatriotes qu’il n’a cessé de mater et de tuer pendant 22 «longues» années. T-Kanilai. Qui ne pouvait rien faire d’autre que de se plier devant «le décret divin» comme il l’a soutenu dans son adresse à la Télévision gambienne. Faut-il dire : Bye Bye mister President ? ou Bye bye Dr Jammeh ? A vous de choisir. La Cpi n’est pas en tout cas loin, et Jammeh est plus qu’averti.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here