PARTAGER

L’Ecole des Bibliothécaires et archivistes de Dakar (Ebad) a accueilli samedi dernier, une cérémonie d’hommage au Pr Maguèye Kassé du Département de langues et civilisations  germaniques. Un film, retraçant sa vie, son combat et ses idées, a été projeté pour présenter l’homme comme un modèle à la jeunesse sénégalaise et africaine.

Le Club d’allemand de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar, dans le cadre de ses activités annuelles, a samedi dernier rendu un vibrant hommage à Maguèye Kassé, Professeur titulaire des universités, à travers un film de témoignages. Cette œuvre filmique suivie par une foule d’étudiants, de professeurs et d’amis du Pr Kassé, retrace le parcours de ce dernier.  L’artiste Abdou Diallo, le directeur de la Cinématographie Hugues Diaz, Saliou Mbaye, Saliou Pouye,  Me assistants, Ndèye Fatoumata Diallo, enseignante, Coumba Diouf,…(tous anciens étudiants du Pr kassé), mais également Mansour Kama du Confé­dération nationale des em­ployeurs du Sénégal (Cnes) se sont succédé pour raconter «l’homme de culture d’une générosité humaine et intellectuelle extraordinaire», le féru du jazz, le critique d’art, l’ami qui détient un «savoir-faire» et un «savoir-être» mais aussi «l’enseignant et le syndicaliste engagé». Tout dans ce documentaire long métrage révèle un professeur Kassé, modèle pour la société et surtout la jeunesse sénégalaise.
Si étudiants et anciens étudiants, devenus professeurs ou enseignants, décrivent cet homme comme un «Professeur méthodique et rigoureux, pétri de sagesse et de rigueur intellectuelle, quelqu’un qui sait partager son savoir», les amis et proches de cet universitaire, qui a un amour viscéral pour la langue allemande, confessent qu’il est également très à l’aise lorsqu’il s’agit de parler de Hegel ou de Karl Max. M. Kassé, natif de Kaolack après son Bac en 70, a fait le reste de ses humanités grâce à une bourse allemande. On comprend alors pourquoi, cet homme «très courtois qui n’hésite pas à dire ce qu’il pense même si cela blesse», a fait de l’enseignement de l’Allemand un sacerdoce. Dans le film, en plus des témoignages, on le montre dans son milieu naturel «l’Ucad» où  devant ses étudiants, il châtie admirablement la langue de Goethe. Pour lui, «l’acte d’apprentissage doit être un acte de plaisir». Pourtant, il n’a toujours pas été «compréhensible» à l’égard des étudiants qui relatent des anecdotes, histoire de souligner qu’il est parfois «trop exigeant». Ce qui peut devenir un défaut. Défaut également l’ami Mansour Kama en parle, lorsqu’il affirme que Maguèye Kassé «parle trop et aime monopoliser la parole».
Malgré ces imperfections, tous sont fiers du professeur. Fiers aussi de constater que cet homme, qui défend avec foi l’appellation «Département de langues et civilisations germaniques», ait formé toute une génération de jeunes professeurs, qui aujourd’hui constituent la relève au Département d’allemand et dans les écoles et lycées de notre pays. «Pour nous, la photocopie de la photocopie reste la photocopie», disent-ils avec humour mais conviction. Ces étudiants n’ont finalement pas été les seuls à rendre un hommage à leur «maître». Tous les intervenants sont unanimes au sujet de Maguèye Kassé. Et Hugues Diaz, le directeur de la Cinématographie, résume bien le sens de cet hommage qui lui a été rendu. «Un homme de cette dimension, il n’y en a pas beaucoup en ce mo­ment», conclut-il dans ce long métrage.
Au programme de ces journées, il  était prévu une discussion sur les études germaniques en Afrique : approches, enjeux et perspectives animée par Dr Diagne. Ces festivités du Club d’allemand de l’Ucad, qui ont débuté jeudi par de nombreuses activités alliant le ludique et le pédagogique, se sont poursuivies avec des prestations théâtrales et musicales.
arsene@lequotidien.sn

1 COMMENTAIRE

  1. Il le mérite c notre prof d coeur,notre référence bref il est tt pour ns de plus j n’exclus pa les autres comme notre chère pr.Dr.Dème et Mme Fall, Mrs Ba etc

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here