PARTAGER

Cette année, la Journée internationale des droits de la femme s’est déroulée dans un contexte particulier, notamment avec le Covid-19. Hier, l’Union pour le développement du Séné­gal/Authentique (Uds/A) a organisé un panel sur le leadership féminin. En effet, les panélistes se sont penchées sur les avancées des droits des femmes au Sénégal. Pour la vice-présidente de l’Assemblée nationale, Ndèye Lucie Cissé, la loi sur la parité qui est valable pour les postes électifs et semi-électifs doit être étendue aussi aux postes nominatifs, c’est-à-dire avoir un gouvernement paritaire, mais aussi niveau de l’Administration. De l’avis de la présidente de l’Uds/A, Adji Mergane Kanouté, il y a des choses à améliorer telles que l’accès au foncier afin de mettre un terme à l’inégalité entre hommes et femmes. «L’Etat a injecté des milliards de francs Cfa pour l’autonomisation des femmes, mais il y a toujours des obstacles liés au taux de financement et aux montants financés pour un projet donné», a-t-elle constaté. Toutefois, la députée de Benno bokk yaakaar a salué les «acquis» relatifs à la loi sur la nationalité qui permet à la femme sénégalaise de donner la nationalité à son mari et à son enfant mais aussi la loi sur la criminalisation des viols avec un durcissement des peines. Les panélistes ont sensibilisé les responsables départementales de l’Uds/A sur le coronavirus. Elles seront les relais dans les quartiers.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here