PARTAGER

La proposition faite par le gouvernement sur la question de la retraite des enseignants du supérieur ne satisfait pas le Sudes/Esr. Ce syndicat souligne qu’il est au regret de «constater que la proposition du gouvernement est très indigente et n’assure pas la sortie de la misère des enseignants-chercheurs et chercheurs déjà à la retraite». Dans son communiqué, le Sudes/Enseigne­ment supérieur et recherche soutient qu’au lieu «d’assurer leur droit à une retraite décente, le gouvernement laisse ces personnes qui ont assuré la ‘’sénégalisation’’ de l’Université sénégalaise à la merci d’une hypothétique caisse de solidarité dont l’approvisionnement repose sur un mécanisme à l’apport incertain». Ces syndicalistes soutiennent qu’en plus de cela, «le gouvernement propose l’intégration de l’Isfr dans le calcul de l’assiette de la retraite». «Le problème avec cette proposition, c’est que la loi 8159 dispose en son article 61 bis que : ‘’L’indemnité spéciale recherche/formation est soumise à la retenue pour pension de retraite’’. Etant donné que durant toute la carrière des enseignants-chercheurs et chercheurs actuellement à la retraite cette retenue n’était pas effectuée, le gouvernement qui a sciemment choisi d’ignorer la loi de la République doit, avant toute chose, les restaurer dans leurs droits en calculant leur retraite, conformément à la lettre de la loi», a-t-on expliqué. Relevant ainsi les limites des propositions du gouvernement, le Sudes/Esr «exige l’ouverture de négociations sérieuses et inclusives de sorte à trouver un accord permettant d’assurer une retraite digne à tous les enseignants-chercheurs et chercheurs de ce pays».
dkane@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here