PARTAGER

Pour laver son honneur, le ministre de la Gouvernance locale et des collectivités territoriales a réclamé à Jeune Afrique la somme de 500 millions de francs Cfa. Le magazine l’avait cité parmi les personnes qui ont bénéficié d’un virement de la société espagnole Defex, spécialisée dans la vente de l’armement, à hauteur de 6 millions F Cfa.

L’actuel ministre de la Gou­vernance territoriale et des collectivités territoriales Oumar Guèye en veut à Jeune Afrique qui l’avait cité parmi les personnes ayant bénéficié d’un virement de 9 973,02 euros de la société Defex de droit espagnol, spécialisée dans l’armement militaire. Après avoir servi une citation directe à son directeur pour diffamation, il réclame au magazine basé à Paris la somme de 500 millions de francs Cfa en guise de dommages et intérêts. Cette affaire qui a été jugée hier en l’absence des principaux concernés a enregistré la présence de l’avocat de la partie civile Me Baboucar Cissé. Selon la robe noire, cet article a été écrit dans une volonté de nuire à son client. «On était à la veille des élections et on a aiguillonné le journaliste pour salir la réputation du ministre. Il fallait le salir et l’écarter», accuse-t-il. A en croire Me Cissé, Oumar Guèye ne connaît rien de cette affaire. «La souffrance de la partie civile et de ses proches a été exercée par la large publicité avec laquelle ces imputations et allégations ont été diffusées à travers le site internet. La partie civile ne s’est jamais occupée dans l’exercice de ses fonctions ministérielles de questions d’armement. Il n’a jamais mis les pieds au Came­roun ni à titre privé ni dans l’exercice de ses fonctions ministérielles. Mieux, il ne connaît aucune autorité de ce pays, encore moins les dirigeants de la société espagnole incriminée dans cette affaire», a-t-il relevé dans la citation directe.
Selon toujours Me Cissé, un virement suppose un compte bancaire. Mais il se trouve, informe-t-il, que son client n’a qu’un seul compte bancaire au Sénégal, ouvert dans les livres de la banque Atlantique. «Il n’a jamais reçu de virement de 9 973,02 euros, soit 6 millions 432 mille 328 francs Cfa. Il n’a jamais eu de compte ni en Suisse ni en Espagne, ni ailleurs», dit-il.
En fait, ledit article faisait état de la présence de Oumar Guèye sur la liste des personnalités ayant bénéficié de cadeaux de la société Defex au cœur d’une vaste entreprise de corruption qui a fait tomber l’ancien ministre de la Défense au Cameroun.
Pour ce préjudice présumé causé à l’actuel ministre de la Gouvernance locale, l’avocat a réclamé la somme de 500 millions F Cfa en guise de réparation avant de demander de sous-astreindre Jeune Afrique à payer la somme de 10 millions de F Cfa à chaque jour de retard et de publier la décision qui sera rendue par le Tribunal sur tous les sites. Le Parquet a requis l’application de la loi. La décision sera rendue le 28 novembre prochain.
justin@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here