PARTAGER

Pour Abdoulaye Bathily, l’affaire Khalifa Sall n’est qu’une «instrumentalisation de la justice» par le Président Macky Sall dans un Sénégal qui vit une situation «très dangereuse».

«Il est clair que c’est un procès politique depuis le départ.» Telle est la conviction du Pr Abdoulaye Bathily dans l’affaire de la caisse d’avance de la Ville de Dakar dans laquelle Khalifa Sall a été condamné vendredi à 5 ans de prison ferme. Pour l’ancien Secrétaire général de la Ligue démocratique (Ld), invité du Grand jury de la Rfm dimanche dernier, «la justice, comme tous les corps de métier, a des brebis galeuses» et «est très souvent instrumentalisée par les pouvoirs dans les luttes politiques». D’ailleurs, il voit dans la démission du juge Ibrahima Hamidou Dème un «aveu» dans le fonctionnement de la Justice, un secteur où «il y a beaucoup de choses à dire». Bathily d’ajouter : «Tous les responsables de Benno bokk yaakaar connaissent cette caisse d’avance et savent comment cela fonctionnait. Tous les maires de Dakar l’ont avoué. J’ai dit au Président Macky Sall que (l’affaire Khalifa Sall) c’est une mauvaise affaire pour l’image de la démocratie.» D’après lui, l’emprisonnement de Khalifa Sall est dans la même lignée que les déboires judiciaires de Me Abdoulaye Wade sous le régime de Abdou Diouf, de Idrissa Seck sous le régime libéral. «Tout le monde doit rendre compte. Mais celui qui décide de mener cette politique ne doit pas le faire de manière sélective. C’est cela qui fait que les gens ne croient pas en la justice qui se retrouve décrédibilisée», déplore-t-il.

«Le parrainage est anti-démocratique»
Par ailleurs, Abdoulaye Bathily juge «anti démocratique» l’instauration du parrainage pour la Présidentielle de 2019. Si le gouvernement annonce une commission nationale, l’ex-patron de la Ld doute de la capacité de l’Admi­nistration à contrôler des millions de signatures. Ces questions comme le parrainage, prévient-il, «petit à petit, amènent les gens à la révolte».
De là à créer une sorte de 23 juin bis le jour du vote des projets de loi sur le parrainage ? Bathily répond : «L’histoire ne se répète pas parce ce ne sont pas les mêmes acteurs. Mais les mêmes causes produiront tôt ou tard les mêmes effets. Si ce n’est pas aujourd’hui, ce sera demain. Pendant ces 40 ans, le Ps l’a payé très cher. La volonté populaire finit toujours par balayer tous les subterfuges des pouvoirs en place.» En outre, le Pr Bathily alerte que «le Sénégal est dans une situation très dangereuse» car étant «un des pays de la sous-région où le trafic de drogue et toutes sortes de trafics se sont installés». Il s’alarme : «L’argent sale est entré dans la politique au Sénégal comme dans beaucoup d’autres pays d’Afrique. C’est une menace sérieuse contre la démocratie (…). L’argent peut nous jouer beaucoup de tours, surtout l’argent sale qui coule à flots dans ce pays.»

bgdiop@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here