PARTAGER

Vingt-deux notaires sénégalais ont menacé hier de durcir leur «combat» en vue de la signature, par le président de la Répu­blique, des actes de nomination les autorisant à entamer l’exercice de leur métier.
Lors d’une conférence de presse à Dakar, ils ont dénoncé la «nébuleuse du notariat» à cause de laquelle ils ne peuvent pas exercer leur profession, car n’étant pas encore nommés par le chef de l’Etat, quatre ans après leur formation.
Réunis dans un collectif pour réclamer la signature de leurs «actes de nomination», ces notaires disent avoir passé avec succès le concours national ouvrant l’accès au notariat en 2013, en plus d’avoir été formés à ce métier pendant trois ans.
Ils disent être la dernière promotion du concours national de notariat, lequel, selon eux, n’est pas été organisé depuis 2013.
«Nous ne comprenons plus ces lenteurs (…). La nomination des notaires ne grève en aucun cas les finances publiques. Le notaire n’est pas quelqu’un qui reçoit un salaire», a lancé Christophe Diouf, un membre du collectif de 22 notaires sans charge.
Ils menacent d’aller en grève de la faim «à partir de vendredi (Ndlr : aujourd’hui)», selon un des leurs, El Hadj Mansour Diop. «Nous ne demandons à l’Etat ni salaire ni indemnité, ni subvention. Tout ce que nous voulons, c’est la possibilité d’exercer notre métier», a déclaré M. Diop.
Les notaires sans charge dénoncent «le refus de certains barons du notariat de partir à la retraite» et de vouloir «être notaires jusqu’à leur mort».
Yves Nzalé, leader d’un regroupement de diplômés sans emploi, a menacé de déposer une plainte auprès de la justice contre la Chambre des notaires du Sénégal pour le délit de «rupture d’égalité».
«Nous exigeons que l’âge de la retraite soit fixée à 65 ans pour les notaires. On ne peut pas être notaire à vie», a dénoncé M. Nzalé, en prenant part à la conférence de presse du collectif pour lui prêter main forte.
Les notaires sans charge et le Regroupement des diplômés sans emploi exigent aussi du gouvernement l’organisation «immédiate» du concours d’entrée au notariat.
Selon eux, le Sénégal n’a qu’une cinquantaine de notaires autorisés à exercer, un effectif qu’ils jugent insuffisant pour la population sénégalaise.
Pour en savoir davantage, l’Aps a tenté sans succès de joindre le ministre de la Justice, Malick Sall, la tutelle gouvernementale des notaires, et la présidente de la Chambre des notaires du Sénégal, Me Aïssatou Sow.
Aps

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here