PARTAGER

Accusé avec son père, Lamine Diack, de corruption sur fond de dopage, l’ancien conseiller marketing de l’Iaaf, Pape Massata Diack, souhaite repousser leur jugement, prévu à partir du lundi 8 juin, à Paris.

Ancien conseiller marketing de la Fédération internationale d’athlétisme (Iaaf aujourd’hui World Athletics), présidée par son père Lamine Diack entre 1999 et 2015, Papa Massata Diack a demandé le renvoi de leur procès, prévu le 8 juin, pour corruption sur fond de dopage en Russie, évoquant l’actuel contexte sanitaire.
En raison de la fermeture des frontières, ses avocats sénégalais ne pourraient pas se déplacer au procès, prévu lundi prochain à Paris. «Je demanderai le renvoi. Monsieur Diack a trois conseils, deux d’entre eux ne peuvent pas venir à cause de la fermeture des frontières, liée au Covid-19 et ce sont ses avocats historiques», a confirmé son conseil à Paris, Maître Antoine Beauquier, qui sera bien présent devant la 32e chambre correctionnelle du Tribunal judiciaire de Paris. Cette demande sera examinée lundi au début de l’audience.
Absent le 13 janvier, quand le procès s’était ouvert une première fois pour être aussitôt reporté pour des problèmes de procédure, Papa Massata Diack réside à Dakar depuis le début de l’affaire, en novembre 2015. Il n’a jamais été entendu par les juges d’instruction français qui ont déploré l’absence de coopération judiciaire du Sénégal dans cette retentissante affaire.
Au cœur des soupçons et visé par un mandat d’arrêt international, le fils Diack a fini par être auditionné le 7 novembre 2019 par un juge de Dakar dans le cadre d’une commission rogatoire délivrée en mai 2016 par les juges français, alors que l’enquête était déjà terminée.
Lamine Diack, qui a présidé l’Iaaf de 1999 à 2015, et son fils, sont soupçonnés d’avoir mis en place un système de corruption à partir de la fin 2011 pour permettre à des athlètes russes soupçonnés de dopage d’échapper à des poursuites disciplinaires, en échange de fonds du pouvoir à Moscou et pour favoriser les négociations avec un sponsor et les diffuseurs russes, en vue des Mondiaux d’athlétisme de 2013 à Moscou.
Cette affaire a été à l’origine d’un scandale de plus grande ampleur sur le dopage institutionnel en Russie entre 2011 et 2015. Quatre autres personnes sont convoquées par la justice française à partir de lundi ; à savoir l’un des anciens conseillers de Lamine Diack, l’avocat Habib Cissé, l’ancien responsable du service antidopage de l’Iaaf, Gabriel Dollé, l’ancien président de la Fédération russe d’athlétisme, Valentin Balakhnitchev, et l’ancien entraîneur national des courses de fond en Russie, Alexeï Melnikov.

 

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here