PARTAGER

Des habitants des 37 villages de la commune d’Aouré dans le département de Kanel ont dénoncé, lors d’une marche, la gestion «opaque» de leur maire Oumar Aguibou Sow.

A Aouré, le climat social est très tendu. Les populations de ce village, situé dans le département de Kanel, ont marché pour dénoncer le délabrement «avancé» du poste de santé, l’absence d’éclairage public, la gestion du maire de la localité. Hamet Niang, porte-parole des manifestants, explique : «Le maire manque de considération et de transparence envers ses administrés. Il prend des mesures impopulaires et arbitraires, enfreint les droits des citoyens.» Poursuivant son propos, il insiste sur le manque d’eau dans le Ferlo, zone sylvo-pastorale. «Le bétail souffre de manque d’eau et les populations sont encore à l’ère des puits. Une partie de cette population parcourt des kilomètres à la recherche du liquide précieux», dit-il sans oublier la «spoliation» de leurs terres. Au final, ils demandent au maire de «rendre le tablier». C’est un aveu de «déception» pour ces populations qui avaient espéré, avec l’élection de Macky Sall, de meilleures conditions de vie. «Mais au terme ou presque de son mandat, rien n’a changé, car Aouré garde toujours le même décor. Cette zone du Ferlo a besoin de plus d’assistance», clament les manifestants.
Contacté par téléphone, le maire d’Aouré, Oumar Aguibou Sow, balaie toutes les accusations. Il dit : «La panne du forage a été occasionnée par l’épuisement de la nappe souterraine et le comité de gestion ne disposait pas de moyens pour faire face à cette situation. Ainsi, on était obligé de solliciter l’Etat qui a bien voulu construire un nouveau forage dont les travaux sont en finition puisqu’il ne reste que le raccordement.» Quid du foncier ? «Aucune délibération n’a été faite depuis notre arrivée à la tête de la municipalité, excepté la Sipa (Société d’intensification et de la production agricole)», précise l’édile, très embarrassé par cette affaire. Mais il connaît les raisons : «Les manifestants sont manipulés par des gens de la diaspora tapis dans l’ombre et qui soutiennent qu’il n’est pas normal que je sois le maire de la commune, alors que mon père fut chef de village de la localité pendant plusieurs années. Toutes les manifestations qu’ils font ont des relents politiques.» Il cite ses réalisations pour montrer sa bonne foi : «Nous avons construit la case de santé de Ham­dallaye, la maternité d’Aouré et nous faisons des subventions à hauteur de 3 millions pour les postes de santé. Avec le concept Oubi tey jang tey, la mairie fait des dotations estimées à 5 millions de francs cfa chaque année depuis notre arrivée. Des tables ont achetées et offertes à des écoles de la commune. S’agis­sant de l’élevage, la maire a installé cinq parcs de vaccination dans la commune. Et pour lutter contre les feux de brousse et préserver l’environnement, quelque 2 millions de francs sont dégagés.»
d.dem@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here