PARTAGER

Après le meurtre de Yamadou Sagna, Awa Françoise Diallo, res­ponsable des groupements d’entrepreneurs agricoles (Gea) au Do­maine agricole communautaire (Dac) d’Itato, a demandé au ministre de la Jeunesse d’accélérer la cadence pour l’érection du domaine agricole de Saraya. Elle estime que c’est la meilleure manière d’offrir à cette jeunesse désœuvrée, une occupation et un emploi décent. En plus d’être une alternative au travail pénible dans les sites d’orpaillage traditionnels.

L’érection d’un domaine agricole communautaire à Saraya, c’est la proposition de Awa Françoise Diallo pour occuper la jeunesse de cette localité. S’adressant à la presse hier, au lendemain de l’enterrement du défunt Yamadou Sagna, la responsable des Groupements d’entrepreneurs agricoles (Gea) au Dac d’Itato a demandé au ministre de la Jeunesse et de la construction citoyenne, Mame Mbaye Niang, «d’accélérer la cadence» pour ériger un Dac digne de ce nom à Saraya. Pour elle, c’est la seule «alternative» pour permettre à la jeunesse de Saraya de trouver «un emploi digne» et de «s’épanouir».
Outrée par le meurtre sauvage de Yamadou Sagna, Françoise estime qu’il faut mettre un terme aux «frustrations répétitives» des populations en améliorant leur cadre de vie et leurs moyens de subsistance. Pour ce faire, dit-elle, ce n’est pas avec les sites d’orpaillage qu’on va y parvenir. Il faut proposer autre chose à la place. Pour permettre aux populations d’y trouver leur compte et de vivre décemment. Pour ce qui s’est passé lundi dernier, elle lance : «C’est désolant.» Avant de poursuivre en appelant ses camarades au calme. A cet effet, elle a exhorté ses camarades jeunes du Conseil régional de la jeunesse qui ambitionne de tenir une marche ce samedi d’y surseoir. Elle dit : «La marche prévue par le Crj ce samedi n’a pas sa raison d’être dans la mesure où les jeunes ont été reçus par le ministre de l’Intérieur qui a pris des engagements fermes. Pour sanctionner les assassins de Yamadou Sagna.» Toujours dans la recherche d’un climat apaisé, elle a demandé à la jeunesse d’observer un lundi noir à la mémoire du défunt en lieu et place d’une marche qui pourrait peut-être dégénérée. En tout état de cause, mieux vaut prévenir que guérir. Françoise se veut préventive. Car, informe-t-elle, «les émeutes avaient démarré comme ça. On ne veut plus de ça à Kédougou. 4 morts ça suffit largement».
Elle s’est par ailleurs réjouie de la décision prise par le Conseil national de la jeunesse du Sénégal (Cnjs). Qui a pris la décision de baptiser son siège à Dakar Yamadou Sagna. En outre, elle a demandé à l’Etat d’être regardant et d’éviter les frustrations des populations qui, à la longue, peuvent être sources de conflit. Mieux, elle entend prendre son bâton de pèlerin pour aller à la rencontre de la jeunesse pour les sensibiliser afin que la paix puisse régner dans cette zone.
Cet appel lancé au ministre de la Jeunesse arrive à point nommé. Le département de Saraya est le périmètre d’opération de la quasi-totalité des activités minières de la région. Le domaine agricole d’Itato a démarré par un financement du Fonds social minier à hauteur de 500 millions. Aujourd’hui, ce ne serait que justice si les compagnies minières établies dans ce département financent le Dac de Saraya pour permettre à la jeunesse d’espérer et de rester sur place pour entreprendre.

msdiallo@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here