PARTAGER

L’Union régionale des associations des personnes en situation de handicap ont le cœur serré. Elle dénonce l’omission de ses membres sur les listes des personnes bénéficiaires des kits alimentaires.

A Kédougou, les personnes vivant avec un handicap sont plongées dans l’incompréhension constatant qu’elles ont été «écartées» du processus de distribution de l’aide alimentaire. «Les autorités ont dit que la distribution se fait sur la base du Registre national unique et toutes les personnes vivant avec un handicap y figurent. L’action sociale départementale de Kédougou a attiré l’attention des autorités pour leur dire attention, après vérification, nous avons trouvé que les personnes vivant avec un handicap n’ont pas leur nom sur la liste. Il y a un cas pertinent, c’est celui de Dieylany Ba, il n’est pas sur la liste et tout le monde le connait», dévoile Bangaly Ba, Secrétaire général de l’Union régionale des associations des personnes en situation de handicap (Uraph). «Nous avons été omis sur les listes. Ce qui est regrettable, au niveau des quartiers nous n’avons été pas associés. Et dans chaque quartier les personnes vivant avec un handicap sont représentées. Ils ont pris des jeunes d’une Ong et avec les délégués qui ont recensé d’autres personnes et ils nous ont omis partout», insiste Bangaly Ba. «Nous sommes très mécontents. Ils n’ont pas utilisé la carte d’égalité des chances ici à Kédougou. Dans la circulaire du ministre (l’Equité sociale), il est dit que les personnes vivant avec handicap sont concernées parce qu’elles sont impactées par la pandémie comme tout le monde ! Donc c’est pour cela que nous mettons la main sur le mal pour dire nous n’avons pas été considérées dans la distribution du riz», indique-t-il.
Ces personnes à mobilité réduite interpellent le ministre du Développement, de l’équité sociale et territoriale pour qu’il corrige les critères de distribution de l’aide alimentaire d’urgence à Kédougou.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here