PARTAGER

Les meetings de l’Apr de Kédougou se succèdent mais ne se ressemblent pas. Les querelles de tendances et de positionnement entre responsables se multiplient. Samedi dernier, c’est l’Apériste, Mamadou Diop, et le responsable du Pit, Bakary Danfakha, qui ont tiré sur Aïssatou Aya Ndiaye qui, il y a quelques semaines, avait tenu son meeting dit de l’unité. Ces responsables du parti présidentiel n’ont pas mis de gants alors pour répliquer. «Aïssatou Aya Ndiaye doit conjuguer ses ambitions pour Kédougou au passé. Il faut qu’elle cesse de squatter les coins et recoins des sphères du gouvernement pour ses intérêts crypto-personnels et range ses prétentions injustifiées et injustifiables. Elle doit travailler pour la cohésion des leaders de l’Apr et de la coalition Bby dans la région», lance M. Danfakha. Face à la menace de la liste commune de Manko taxawu senegaal et une éventuelle candidature de Moustapha Guirassy, ces Apéristes appellent à faire bloc. Il se dit, en effet, que l’ancien maire de Kédougou pourrait faire un come-back aux élections du 30 juillet prochain.
Pour sa part, Mamadou Diop, organisateur du meeting, soutient que Lesseyni Sy, que Mme Ndiaye conteste, a été «choisi par le parti». Par conséquent, il invite la conseillère économique, sociale et environnementale à «se plier à cette décision». M. Diop, qui déclare sa candidature aux Législatives, précise, en revanche, qu’il est prêt à se ranger derrière celui qui sera choisi par Bby. Lors des élections locales de 2014, il était en lice pour la mairie face à l’ex-libéral devenu Apériste, Mamadou Adji Cissé. Kédougou échapperait difficilement à la guerre des investitures si le leader de l’Apr et de Bby n’intervient pas. Et ce n’est pas justement ce que souhaitent nombre de leaders locaux.
msdiallo@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here