PARTAGER

Les retrouvailles entre les Apéristes du département de Kédougou n’ont pas eu lieu, com­me  c’était souhaité à l’occasion du meeting de samedi dernier. Des responsables du parti au pouvoir ont boycotté le coordonnateur dé­par­temental Lesseyni Sy.

A quelques mois des Légis­latives, les démons de la division minent encore l’Apr de Kédougou. Samedi dernier, lors du meeting départemental de «l’unité», organisé par une frange de responsables du parti au pouvoir, a été marqué par l’absence de gros pontes de l’Apr locale. Il s’agit de Aïssatou Aya Ndiaye, de Kadidiatou Dou­kouré, présidente du réseau des femmes, mais aussi des maires de Dindéfélo, Banda­fassi, Niné­fecha, Tomboronkoto. Ces derniers n’ont pas répondu à l’appel de Lesseyni Sy, coordonnateur départemental de l’Apr, mais  «contesté» qui voulait faire de ce meeting une tribune pour fumer le calumet de la paix. Mais M. Sy n’a pas apprécié ce «faux bond» de ses camarades qui ne le reconnaissent pas. «Même chez les canards, il y en a toujours un qui se met devant et les autres suivent», dit-il pour répondre à ceux qui conteste son leadership. Pourtant, affirme Mamadou Diop, «tous les responsables de l’Apr ont été conviés à cette rencontre».
Mais, les absents ne voient pas une volonté, comme affiché par M. Sy, de réunir les Apéristes. «On ne peut sceller l’unité en laissant en rade le reste du groupe, c’est inadmissible», rectifie le maire de Ninéfecha. Dondo Keïta rappelle, en effet, que les scores enregistrés par l’Apr à Kédougou sont «en grande partie» le fait des communes rurales. «Lesseyni Sy a gagné le Conseil départemental grâce à nous. Il a été battu même dans son propre bureau de vote, au centre Mariama Diaby, par l’actuel maire de Kédougou, Mama­dou Cissé. Nous l’invitons à cultiver l’unité», ajoute M. Keïta.
L’édile de Dindéfélo, Kikala Diallo, quant à lui, ne s’explique pas que Lesseyni Sy tienne le meeting dans un contexte assez particulier, marqué par la mort de Yamadou Sagna, orpailleur tué il y a quelques jours par un douanier. «La date était mal indiquée avec l’évènement que viennent de subir les populations du département. Nous avions même demandé à nos camardes de Kédougou de repousser la date jusqu’au 19 mars qui est d’ailleurs une date symbolique pour tenir le meeting. Devant son entêtement, les autres maires ont finalement croisé les bras. Nous avions également proposé qu’on démarre d’abord par des tournées et des visites de sensibilisation pour clôturer par un grand meeting», M. Diallo.
Ce meeting n’a pas assez mobilisé et a été sauvé par une forte présence des groupements de femmes encadrées par Mamadou Diop. Le rendez-vous de l’unité des Apéristes sera pour une autre fois, alors que les Législatives pointent à l’horizon.
 msdiallo@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here