PARTAGER

Khadim Samb investi : C’était le buzz au lendemain de la publication des listes par la Direction générale des élections (Dge). Il s’est révélé par la suite que ce n’était pas le cas. L’intéressé, lui-même, a finalement fait face à la presse hier sur cet article paru dans le journal Les Echos. L’animateur de la Rts, bien drapé dans un grand boubou blanc, garni de fils dorés, lunettes noires bien fixées, explique : «C’est quand j’étais en France pour des soins que j’ai reçu des appels venant de parents, amis et sympathisants qui me félicitaient pour mon investiture sans que je ne sois au courant. Et j’étais inquiet.» Il ajoute : «Ainsi, de retour au Sénégal, j’ai appelé le directeur de cet organe de presse pour lui demander d’où est-ce qu’ils avaient appris cette information, et qui leur avait demandé d’écrire ce papier. Il a dit qu’il allait me rappeler après avoir parlé au rédacteur en chef. Il ne m’est jamais revenu. C’est moi-même qui avais appelé le rédacteur pour lui demander le journal et il m’a dit qu’il l’avait perdu.» Le Président du mouvement Lengo précise que l’organe en question a apporté un démenti sur le net, mais estime que cela n’a pas de sens. «Avant de faire un démenti, il fallait m’appeler et présenter des excuses. Ce démenti n’engage qu’eux.» En tous les cas, M. Samb en déduit que des personnes «mal intentionnées» ont véhiculé cette fausse information. «Je soupçonne des gens qui veulent me mettre en mal avec le Président Macky Sall. Et je suis sûr à 70% que ce ne sont pas des politiciens, mais des gens de la société civile et même des proches», accuse-t-il.
Le leader du mouvement Lengo réitère son engagement aux côtés du Président Sall. «S’ils avaient écrit que j’étais investi dans la liste de Benno, même si c’est faux, je n’aurais pas organisé cette conférence de presse puisque notre mouvement est né pour soutenir l’action du Président. Mais il y a des gens à qui mon compagnonnage avec le chef de l’Etat ne plaît pas», insiste-t-il. Bien que l’organe en question a apporté un démenti sur le net, Khadim Samb soutient que «ce démenti, ça les engage.» Il informe à ce propos qu’il a saisi son avocat pour voir la suite à réserver à cette affaire.
mfkebe@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here