PARTAGER

Désormais, les Médinois comptent manifester chaque vendredi jusqu’à la libération de leur maire Bamba Fall. La décision a été annoncée, hier, au cours d’un point de presse de Khalifa Sall.

La salle docteur Samba Guèye et la cour de l’ancienne mairie de la Médina étaient trop petites, hier, pour contenir ce beau monde qui a effectué le déplacement. Tous attendent un pas de plus de Khalifa Sall, après l’emprisonnement de Bamba Fall et Cie. La forte présence policière a été remarquée sur le périmètre. Le décor était celui d’un état de siège. Bien avant le démarrage de la rencontre, de la rue 11 à la devanture de la maison de la culture Douta Seck, des barrières étaient dressées un peu partout. Ce qui inspire le maire de Mermoz-Sacré Cœur une petite ironie : «La peur a changé de camp.» Barthélemy Dias a appelé ses camarades à des marches, sit-in, des distributions de prospectus, des journées mortes dans les marchés chaque vendredi pour soutenir leurs camarades. Ce, pour montrer au gouvernement qu’ils ne sont pas d’accord jusqu’à la «libération des détenus politiques». Et d’ajouter : «Il est hors de question qu’à défaut de pouvoir battre un candidat, un adversaire démocratiquement élu, qu’on utilise des voies qui sont antidémocratiques, qui relèvent d’un autre âge, pour pouvoir aujourd’hui le liquider politiquement.»
Mais les proches de Bamba Fall piaffaient d’impatience de voir le micro dans les mains de Khalifa Sall, très attendu du reste. Pour sa part, le maire socialiste de Dakar, qui n’était en fait que l’invité des militants et sympathisants de l’édile de la Médina, a promis de «rétablir la vérité», de «parler des faits» qui se sont produits le 5 mars 2016 «prochainement». En attendant, il a délivré le message des pensionnaires de la prison de Rebeuss. «Bamba et les autres, là où ils sont, sont en djihad, en guerre, en mission pour la démocratie, la vérité. Ils sont très sensibles quant à cette initiative qui n’est que l’entame d’un processus de manifestation et de soutien. Ils vous disent qu’ils sont confiants et sereins. Ils ont foi en vous et sont déterminés à soutenir et à supporter cette épreuve. Et au contraire, leurs préoccupations et leurs soucis vont vers vous.»
msakine@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here