PARTAGER
Photo d’illustration.

L‘Association de développement communautaire, Ninnaba, basée à Kolda, a pu maintenir sa production agricole à un niveau acceptable, malgré l’arrêt précoce des pluies à certains endroits. C’est du moins ce qui ressort de la rencontre-bilan de la campagne 2017-2018 qui a réuni la direction de Ninnaba, les représentants des groupements partenaires, les partenaires techniques que sont la Sodagri et Naatal mbay sous la présidence de la Direction régionale du développent rural. Dans sa présentation, le directeur exécutif de Ninnaba a informé que «plus de 1 200 tonnes de riz et 1 300 tonnes de maïs environs ont été récoltées lors de la précédente campagne et une production maraîchère importante». Pour la composante relative au renforcement de capacités des producteurs, de bons résultats ont été également notés. «4 669 producteurs ont été encadrés et plus de 3 000 formés sur les bonnes pratiques agricoles. Sur les techniques de récolte et de conditionnement de céréales, 1 881 ont été formés. Au même moment, 2 880 ont été sensibilisés sur le phénomène des changements climatiques», a indiqué Omar Mané.
Toutefois, la baisse de production constatée dans la filière riz fait que certains groupements de producteurs peinent à rembourser leurs crédits de campagne. «Nous avons 6 groupes de producteurs sur 42 qui n’arrivent pas à honorer à 100% leur dette sur une enveloppe globale de plus de 98 millions de francs Cfa, distribués aux producteurs au titre de crédit de campagne. Difficultés qui s’expliquent par l’arrêt précoce des pluies à certains endroits», souligne M. Mané.
Suffisant pour que la direction de Ninnaba pense à encourager ses producteurs à aller souscrire en masse à l’assurance indicielle pour la prochaine campagne dont les prévisions d’aménagement sont estimées à «2 055 ha pour 4 200 producteurs à encadrer».
ehcoly@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here