PARTAGER

C’est une bonne nouvelle pour les élèves du département de Médina Yoro Foulah. Située dans la région de Kolda, cette localité vient de bénéficier de la reconstruction d’un de ses lycées qui était en abris provisoires.

Ouf de soulagement chez les populations de Médina Yoro Foulah. La localité vient de bénéficier de la reconstruction de son lycée qui était en abris provisoires. Cette infrastructure prête à accueillir le monde scolaire pour cette rentrée compte 16 salles de classe dont 2 spécialisées, un bloc administratif avec 8 bureaux et une bibliothèque. Construit sur un site de 4 ha, loin des habitations, avec certains bâtiments en étage, le lycée offre un décor enviable. Sur les lieux, les ouvriers s’activent aux derniers réglages pour que les salles de classe soient aptes à recevoir professeurs et élèves avec des tableaux lisses et bien peints. Le proviseur du lycée n’a pas caché sa satisfaction. Demba Kanté s’est félicité de ce bijou et assure que ces nouveaux locaux vont positivement impacter les performances scolaires des élèves. Des performances qui tournaient autour de 41,38% au Bacca­lauréat de l’année dernière alors que le lycée était en abris provisoires depuis sa création en 2010.
Aujourd’hui, avec plus de 280 potaches pour 22 professeurs, le tout nouveau lycée de Médina Yoro Foulah offre un cadre attrayant au grand bonheur des enseignants, des élèves et de leurs parents. La seule difficulté du moment reste le nombre insuffisant du personnel administratif. L’établissement fonctionne avec un seul surveillant chargé d’assurer quotidiennement ses responsabilités administratives au niveau de toutes les différentes classes pédagogiques.
Il faut souligner que dans le département de Médina Yoro Foulah, on compte seulement deux lycées : Celui qui vient d’être reconstruit et celui de Pata commune. C’est dire que l’enseignement secondaire souffre d’un manque d’infrastructures dans ce vaste département. D’ailleurs, les abris provisoires bloquent parfois la volonté des élèves qui voient leurs camarades des autres localités étudier dans des bâtiments bien construits et équipés. Ces nouveaux locaux vont donc avoir un impact positif sur les performances scolaires des élèves. Du côté du corps professoral, la joie est sur toutes les lèvres, car la page des conditions de travail difficiles dans les abris provisoires a été tournée.
dkane@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here