PARTAGER

Le village de Koulécounda a refusé du monde à l’occasion de l’enterrement d’un de ses fils, tué par une bande armée en opération dans cette zone rurale. Lamine Sanding, élève en classe de Cm2, laisse derrière lui des camarades meurtris.

Lamine Sanding a été inhumé ce lundi au cimetière de Koulécounda, son village natal. Elève en classe de Cm2 à l’école élémentaire de Témento Djidé, Lamine Sanding ne savait pas qu’il avait rendez-vous avec la mort quand il se rendait à la ziarra de la communauté mandingue à Saré Pathé Bouya. Après cette fête religieuse, le garçon de 13 ans regagnait son village natal. Et sur le chemin du retour, il a fait les frais d’une bande armée qui écumait la zone, en dépouillant les passagers des véhicules immobilisés. Cette bande de six personnes armées a donné la mort à cet écolier. A l’annonce de cette triste nouvelle, c’est l’émoi et la consternation à Koulécounda et à Témento Djidé. Ainsi sur instruction de l’Inspecteur de l’éducation et de la formation (Ief), les cours ont vaqué. Enseignants et élèves de l’école se sont rendus au domicile du défunt pour compatir à la douleur. A en croire le directeur de l’école, «un élève sérieux, discipliné et travailleur vient de quitter ce monde à la fleur de l’âge». Djibril Touré et ses collègues plaident pour le retour des cantonnements militaires dans cette zone.
elcoly@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here