PARTAGER

Le milieu scolaire a été enrôlé par la Couverture maladie universelle (Cmu). Les responsables de la Cmu et le monde enseignant se sont retrouvés pour harmoniser les techniques de faisabilité de ce programme.

La Couverture maladie universelle(Cmu) pénètre le milieu scolaire dans le sens d’assurer une couverture sanitaire aux apprenants de Kolda. Selon Dr Ousmane Diop, cela fait suite à un accord de partenariat entre les ministères de l’Education et de la Santé qui ont lancé officiellement cette politique de couverture sanitaire. Le chef du service régional de la Cmu précise que cette politique vient compléter l’ensemble des stratégies, mises en place par la Cmu avec un modèle d’enrôlement des enfants scolaires depuis le cycle fondamental jusqu’au secondaire dans des mutuelles de santé. Cette disposition concerne tout enfant scolaire dans le public comme dans le privé. Ainsi, ces élèves vont bénéficier d’un certain paquet de services et de prestations de santé.
Avec une cotisation individuelle et annuelle de 1 000 francs, l’élève est pris en charge entièrement au niveau des structures sanitaires, avec le paiement du ticket modérateur. Pour cela, deux conditions s’imposent : Un certificat de scolarité et  la cotisation pour que l’enfant soit bénéficiaire des différents soins.  Et dans le département de Kolda, les services de la Cmu et les autorités scolaires et académiques sont sur les rails des dispositions nécessaires pour faire enregistrer tous les enfants.
D’ailleurs, la sensibilisation auprès des parents des enfants s’avère prioritaire dans cette localité où nombreux sont ceux qui semblent négliger l’avenir de leur progéniture en ne s’acquittant pas de certains de leurs devoirs essentiels à la vie de l’enfant.
Par ailleurs, Dr Ousmane Diop renseigne que durant le mois du ramadan prochain, la Cmu va procéder au lancement officiel de l’enrôlement des talibés dans les daaras, en soutenant qu’ils ont tous le même droit que les élèves. A la question du rôle des inspections médicales des écoles dans ce programme de santé, le responsable de la Cmu parle de complémentarité avec ses services au grand bonheur de l’enfant bénéficiaire suite à une nette amélioration du paquet de services. Malgré tout, Ousmane Diop précise que les médicaments génériques sont pris en charge à 80%, et à  l’hôpital les consultations sont prises en charge contrairement aux médicaments.
elcoly@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here