PARTAGER

La revue annuelle sur le paludisme à Kolda a révélé la recrudescence de la maladie provoquée par le non-déroulement de la campagne de chimio-prévention l’année dernière.

A Kolda, plus de 200 cas de paludisme pour 1000 habitants ont été enregistrés en 2018. Des chiffres qui montrent la résistance de la maladie dans cette partie du pays. A en croire le médecin-chef de région, il faut noter une recrudescence de la maladie avec notamment 161 cas pour mille en 2017, contre 245 cas enregistrés en 2018. Dr Yaya Baldé renseigne que cela s’explique d’une part par le boycott de la campagne de chimio-prévention du paludisme en 2018 suite à la grève du personnel de santé. Ainsi pour réduire considérablement ces chiffres élevés, la région médicale opte pour une large campagne de distribution de moustiquaires imprégnées à longue durée d’action. Et cela après une bonne identification des ménages qui regorgent des cibles prioritaires. D’ailleurs, le médecin-chef et son équipe s’engagent à multiplier les efforts pour mieux combattre cette maladie dans cette partie où la pluviométrie est toujours importante. En dehors de l’usage des moustiquaires imprégnées à longue durée, des activités de sensibilisation sont envisagées dans le sens de l’hygiène et l’assainissement des habitations.
ehcoly@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here