PARTAGER

Les difficultés du monde rural affectent fortement la vie des populations. Le manque d’eau et d’électricité dans le village de Kalifourou est assez illustratif. Ces populations se confient au Directeur général de la Cmu qui est de l’Alliance des forces de progrès (Afp), par ailleurs responsable  pour sortir de cette galère. Et, c’est un meeting de ralliement à l’Afp de ces militants du Pds, qui a servi de tribune à ces derniers pour étaler  leurs revendications.

Au village de Kalifourou, la vie des habitantes et habitants traverse une série de difficultés. Ici, le manque d’eau surtout potable handicape les populations dans les différentes activités économiques. Le seul forage existant, tombe souvent en panne, et même en temps normal, le liquide précieux ne couvre pas les besoins des populations. A en croire Adama Diao, ce seul forage ne peut pas sauver toute une population qui vit toujours dans la soif, sans compter l’alimentation du bétail.
A Kalifourou, les villageois s’alimentent en eau à partir des quelques puits existants qui, d’ailleurs, fournissent un liquide un peu salé. Et Madame Diao de se lamenter : «C‘est le seul recours pour se tenir en vie.» Ajoutant que certains font des dizaines de kilomètres pour chercher une eau potable. Ce qui fait que même les activités de maraîchage sont quasi impossibles dans ce village situé le long de la frontière avec la Guinée, sur la bordure du Parc national de Niokolo Koba.
Comme si cela ne suffit pas, Kalifourou est sans électricité. Le village vit aux rythmes des temps anciens avec un éclairage à domicile assuré par des bougies, des lampes torches,… Ici, la condition féminine n’est pas des meilleures, selon le chef du village, qui déplore le manque de moulins pour aider les femmes à moudre le mil, le sorgho et le maïs, principales cultures à côté de l’arachide.

Une transhumance contre des doléances
Debout comme un seul hom­me, les populations de Kalifourou ont posé ces difficultés sur la table du Dg de l’Agence de la Couverture Maladie Universelle (Cmu). Cheikh Seydi Aboubacar Mben­gue était venu présider un meeting de ralliement de responsables et militants du Pds à l’Afp. Sous la houlette de madame Awa Aïdara, responsable de  l’Afp dans la zone, des Libéraux ont tourné le dos au Pds pour adhérer à l’Afp. Une adhésion qu’ils justifient par ce qu’ils qualifient de manque de considération et d’attention aux difficultés des populations par les responsables du Pds. Ainsi, les responsables de l’Afp ont le devoir de satisfaire les doléances de leurs nouveaux membres.  D’ailleurs M. Mbengue, qui se réjouit de ces adhésions, tient à préciser que le régime en place travaille à améliorer le sort des populations, surtout rurales. Le Dg de la Cmu en veut pour preuves les réalisations du Pudc et du Ppdc dans le désenclavement et l’accès à l’eau potable entre autres.
Dans le domaine de la santé, Cheikh Seydi Aboubacar Mbengue a magnifié les prestations sanitaires de la Cmu, qui est une des visions claires du Président Macky Sall. A cela, les populations sont invitées à prendre leur mal en patience, et le Dg de la Cmu est chargé de porter la parole auprès des services compétents pour placer Kalifourou sur les rampes de l’émergence.
ehcoly@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here