PARTAGER

La région médicale lance la mobilisation contre les maladies tropicales négligées. Une large campagne de distribution en masse de médicaments se fait à travers le périmètre régional de Kolda.

Filariose lymphatique, bilharziose, trachome, onchocercose et vers intestinaux sont des maladies à combattre par les services sanitaires de la région médicale. Appelées maladies tropicales négligées, celles-ci sont inscrites dans un plan de lutte initié par les responsables de la santé à Kola. Du 15 au 19 mai prochain, la région médicale, de concert avec l’Inspection d’académie, descendra sur le terrain pour toucher un maximum d’élèves. Ces cibles, âgées de 5 à 14 ans, auront à recevoir des médicaments qui protègent contre ces maladies. Ainsi, des enseignants outillés par des infirmiers sont chargés, avec l’appui de certains agents de santé, de les distribuer dans les différentes écoles élémentaires publiques et privées et dans les collèges. A en croire l’inspecteur Babacar Ndiaye, secrétaire général à l’Inspection d’académie, ces maladies empêchent les élèves d’être assidus et performants à l’école. M. Ndiaye ajoute les taux d’abandons scolaires qui sont quelque part dus à ces maladies. Suffisant pour que les autorités académiques et scolaires mettent la main à la patte pour protéger les potaches.
D’ailleurs, les enseignants ont fini de dérouler des leçons de vie autour de ces maladies tropicales négligées. Certains de ces enfants connaissent déjà leurs causes et conséquences grâce à leurs enseignants formés par des infirmiers, chefs de poste. Si dans les départements de Kolda et Médina Yoro Foulah l’accent est mis sur les vers intestinaux, le trachome, la bilharziose et la filariose lymphatique, l’onchocercose est bien présente à Vélingara. Ici, avec les différents cours ou points d’eau, la maladie est sur un terreau fertile. Suffisant pour que la région médicale mette les bouchées doubles pour la stopper, car les enseignants ont reçu tous les mécanismes et orientations nécessaires pour aider les élèves à les éviter.
En dehors de cette intervention dans les établissements scolaires, la région médicale continue son bonhomme de chemin dans les villages, quartiers et maisons pour distribuer ces médicaments à la population. Le porte-à-porte, les spots publicitaires et des caravanes de sensibilisation sont les différentes stratégies mises en œuvre pour atteindre un taux de couverture de plus de 95%, selon Dr Sané. Ainsi, des équipes médicales sont mises en branle pour sillonner tous les coins de la région avec à la clé la distribution des médicaments contre ces maladies. A la question des croyances traditionnelles face ces maladies, les responsables de la santé minimisent, mais restent vigilants sur des cas réfractaires ; d‘où un appel retentissant au surpassement des uns et des autres afin que tous acceptent de prendre ces médicaments sans arrière-pensée.
elcoly@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here