PARTAGER

Malgré les engagements pris par le gouvernement dans la lutte contre le trafic illicite du bois, le phénomène continue dans le département de Médina Yoro Foulah. Les malfaiteurs sont loin de ranger leurs coupe-coupe.

Situé au Nord de la région de Kolda, le département de Médina Yoro Foulah est frontalier à la Gambie. Dans cette zone, la coupe et le trafic illicites du bois sont monnaie courante. La pratique est considérée comme une saignée, qui fait perdre à Médina Yoro Foulah ses ressources naturelles forestières. Suf­fisant pour que le maire de la commune rurale de Dinguiraye monte au créneau pour appeler à l’intervention de tous contre ce fléau. Arona Camara dit constater ces derniers jours, beaucoup de charrettes, chargées de troncs, d’arbres sortir des massifs forestiers pour diverses destinations. L’édile de Dinguiraye parle de complicité des populations locales, moyennant quelques centimes. Dans cette partie, qui regorge les réserves forestières les plus importantes, le trafic du bois est devenu depuis belle lurette, une activité phare regroupant des personnes du terroir et des individus étrangers. Par conséquent, le bois continue de traverser les frontières pour d’autres sites d’accueil. L’Etat du Sénégal, par ses services compétents, multiplie des actions dans le sens de lutter contre cette pratique. A considérer que le combat est loin d’être gagné, avec des arbres et autres espèces, qui continuent de tomber entre les mains des trafiquants. Pourtant, on note la conjugaison des efforts des Forces de sécurité et de défense dans la lutte pour la sauvegarde de l’environnement précisément de l’écosystème forestier. Ainsi par deux fois, les ministres de l’Environnement et du développement durable, de l’Intérieur et des Forces armées, sont descendus sur les lieux avec des discours qui placent l’espoir d’une fin de carnage des ressources forestières. Malgré les discours et les moyens déployés, le phénomène n’est pourtant pas encore stoppé. La saignée continue à Médina Yoro Foulah, avec ces trafiquants, qui semblent utiliser de nouvelles techniques et stratégies pour échapper aux Forces de défense et de sécurité. Toutes les communes de ce département sont concernées par ce trafic. Le thème du 4 avril 2017, qui parle de la protection de l’environnement, arme davantage les élus locaux et les populations à mieux faire face à ce fléau. Médina Yoro Foulah, la toute verte, devient clairsemée au fil des années.

elcoly@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here