PARTAGER

Les populations de la commune de Malème Niani, localité située dans le département de Koumpentoum, sont meurtries et très ahuries. A l’origine, une coupure d’électricité qui dure depuis près de 24 heures maintenant.

Les populations de Niani Bagne Naa sont à bout de nerfs. La cause : elles ont été privées pendant presque 24 heures d’électricité. Ren­contrés au bord de la route nationale n°1 où se concentre l’essentiel des activités économiques de la commune, les sieurs Kaw Demba et Dian Korka nous ont signifié leur courroux. «Depuis hier nuit (ce dimanche), aux environs de 22h, jusqu’au moment où nous vous parlons (19h passées), nous n’avons pas vu le courant», se sont-ils offusqués. Pis, s’enragent ces néo-citadins, «aucune explication ne nous est donnée. Comme si nous n’habitions pas dans un Etat de droit, rugit le premier nommé. C’est inadmissible et même effarant, renchérit le second. En ce 21ème siècle, être privé de courant pendant autant de temps est synonyme de vouloir tuer les populations. Tout est lié et fonctionne grâce à l’électricité».
«Depuis dimanche dernier aux environs de 22 heures jusqu’à maintenant (19h passées), il n’y a pas d’électricité dans la commune de Malème Niani», pleurent les populations, avant de déplorer le fait que malgré cela, elles paieront cher les factures parce qu’étant branchées au réseau de Era qui fait dans le forfait. «Quelle que soit la durée de la coupure, nous paierons le forfait même si nous n’avons pas atteint la limite», se plaignent-elles. Et de poursuivre leurs complaintes en listant les dégâts occasionnés par le phénomène. «Depuis lors, toutes nos denrées sont gâtées parce que privées de froid. Les poissons achetés, les fruits et légumes, tout sera gâté», se désolent les Malémois. «Ce qui nous fait le plus mal est qu’aucune information ne nous est fournie jusque-là. Du côté de la société Era, chargée de la commercialisation de l’électricité en milieu rural, l’on pointe du doigt la Senelec qui aurait quelques soucis du côté de Kaffrine où est raccordée Malème Niani et même Koum­pentoum».
«Nous avons tenté de joindre des responsables de la centrale de Tambacounda en vain», disent-ils.
En attendant, Malème Niani, Koumpentoum et environs broient le noir.
afall@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here