PARTAGER

Dans une Coupe du monde russe décidément totalement imprévisible, la Belgique est passée très proche d’une terrible désillusion ce lundi. Menés 2-0 par le Japon après avoir fait preuve d’une grande naïveté, les Belges ont su se remobiliser pour arracher un succès avant même la prolongation (3-2), dans une seconde période énorme. Passé proche d’un exploit, avec une organisation méthodique mise en place par Akira Nishino, le Japon s’arrête en 8es comme en 2002 et 2010, avec les honneurs. La Belgique défiera le Brésil vendredi à Kazan (20h00) et ne devra pas reproduire de telles sautes de concentration face à la Seleçao.

Le match a été assez fou à Rostov-sur-le-Don, même si l’entame a été plutôt fidèle aux attentes, puisque la Belgique a rapidement pris le contrôle du match. Mais l’équipe de Martinez a eu du mal à entrer dans la surface japonaise. Le premier tir du match est arrivé à la 16e minute, une tentative contrée de Witsel. Les Belges ont accentué leur pression sans pouvoir marquer avant la pause, avec un axe Yoshida-Shoji vigilant. Le Japon a mieux fini la première période, avec une tête de Inui (31e) ou un ballon savonné par Courtois sur une déviation de Osako (44e).
Alors qu’on pensait que la Belgique allait asseoir sa domination après la pause, c’est tout le contraire qui s’est produit. Sur un contre foudroyant, Hara­guchi, lancé par Shibasaki, s’est échappé côté droit pour aller marquer, en profitant du marquage catastrophique de Ver­tonghen et du placement tout aussi mauvais de Courtois (48e). Après un poteau de Hazard (49e), les Japonais ont fait le break à la surprise générale. Après une mauvaise relance de Kompany, Kagawa a décalé Inui – une des révélations du tournoi – qui a déclenché une superbe frappe du droit pour tromper Courtois (52e). Un temps sonné, la Belgique a poussé, et malgré un Yoshida énorme en défense, elle a fini par revenir. Fautif sur le premier but, Vertonghen a égalisé d’une tête lobée, face à un Kawashima loin d’être clair sur le coup (69e). Tout juste entré en jeu, Fellaini a égalisé de la tête sur un centre de Hazard (74e). Le dernier quart d’heure a été fou, avec des occasions des deux côtés, et un Kawashima énorme pour repousser les assauts belges, et deux occasions franches des Nippons (84e, 90e). Nacer Chadli a finalement évité la prolongation sur un contre à la dernière seconde (90e+4) pour sortir la Belgique d’une impasse. Dingue.
Impressionnant durant la phase de poules où il avait marqué quatre fois, Romelu Lukaku a eu un trou au mauvais moment, même s’il n’a finalement pas été fatal aux Belges. S’il a fait mal à la défense japonaise par sa puissance et son travail de sape, il a été très maladroit devant le but de Kawashima. A la 25e, il a eu une énorme occasion d’ouvrir le score, mais a totalement raté sa reprise sur un centre pourtant superbe de Meunier (25e). Il a ensuite trop décroisé sa tête sur un nouveau centre déposé du Parisien (62e) puis a buté sur le tacle de Yoshida sur un troisième caviar de Meunier (68e). Il n’a enfin pas appuyé sa tête claquée par Kawashima (86e). Loin du réalisme qu’il affiche habituellement. Il a toutefois été décisif sur le troisième but en laissant passer intelligemment le ballon pour Chadli. Alors que son équipe était dos au mur avec deux buts de retard, Roberto Martinez a effectué deux changements en même temps à la 65e minute, en lançant Fellaini et Chadli aux places de Carrasco et Mertens. Son coaching a été totalement payant. Fellaini a signé le but de l’égalisation de la tête, avec son physique qui a fait un bien fou dans la surface nippone. C’est ensuite Chadli qui a offert la victoire aux Diables Rouges, en reprenant au bout du temps additionnel le centre fort de Meunier pour battre Kawa­shima (90e+4).

lequipe.fr

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here