PARTAGER

Ce ne serait pas une première que l’opposition ait un Front pour la régularité et la transparence des élections. Mais Manko taxawu senegaal qui a fait cette proposition s’entendra-t-elle avec le reste de l’opposition ? Pas si sûr, après la division sur la tête de liste de Mts originel.

La Commission nationale Manko taxawu senegaal (Mts) lance un appel à l’opposition pour la mise en place d’un Front pour la régularité et la transparence des élections (Frte). Au Cyber campus de Thiès où la coalition dirigée par Khalifa Sall tenait un séminaire de partage et de renforcement de capacités destiné à l’ensemble des plénipotentiaires et des coordonnateurs des 45 départements du pays, le coordonnateur de ladite commission, Ass Babacar Guèye, a invité à «faire face ensemble et à mutualiser nos forces pour la sécurisation des bureaux de vote, des centres de vote et de notre représentation au niveau de tous les bureaux de vote». Le responsable de Rewmi de souligner : «Avec l’hivernage, il arrivera qu’il y ait des départements enclavés où véritablement il faudrait qu’on mutualise nos efforts pour être partout présents. De grands ensembles de l’opposition vont se former pour sécuriser la victoire de l’opposition.» Il reste à savoir si Khalifa Sall, Idrissa Seck, Malick Gakou et leurs autres alliés trouvent une oreille attentive du côté notamment de la Coalition gagnan­te/­Wattu senegaal qui regroupe le Pds, Aj/Pads et autres. D’autant que la plaie de la division de Mts originel est encore béante. Cependant, il y a quelques mois, Mamadou Diop Decroix avait proposé un Frte. Une formule qu’il connaît sans doute le mieux pour l’avoir portée contre Abdou Diouf et qui, en partie, a contribué à l’alternance de 2000.
M. Guèye indique qu’il ne voudrait pas revivre «le coup monté du régime de Macky Sall lors du référendum, notamment à propos de la disponibilité du fichier électoral 15 jours avant la date du scrutin». Entre autres points abordés lors de la rencontre, la loi électorale, les difficultés sur le retrait des cartes d’identité au niveau des départements, la non disponibilité de la carte électorale, mais également le fichier électoral. Sur le cas de leur tête de liste nationale en prison, Ass Babacar Guèye estime que les juristes de Manko taxawu senegaal sont en train de voir les modalités qu’il faudrait utiliser pour que Khalifa Ababacar Sall «soit physiquement présent pendant cette campagne électorale».
nfniang@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here