PARTAGER

Khalifa Sall a été débouté hier de toutes ses demandes en urgence pour la suspension du processus électoral suite à l’invalidation de sa candidature par le Conseil constitutionnel. La Cour de justice de la Cedeao l’a renvoyé au 20 février pour le fond du dossier.

La Cour de justice de la Cedeao a débouté hier Khalifa Sall qui l’avait saisie après l’invalidation de sa candidature par le Conseil constitutionnel sénégalais. La juridiction communautaire réduisait ainsi les chances de l’ex-maire de Dakar de participer à l’élection du 24 février. Babacar Thioye Ba, mandataire de Khalifa Sall et membre de Taxawu senegaal, semble minimiser cette décision en attendant l’examen du fond du dossier le 20 février prochain. «La Cour de justice de la Cedeao a rejeté les demandes provisoires formulées par les avocats de Khalifa Ababacar Sall. Cela ne nous pose aucun problème parce que, rappelez-vous, déjà lors de nos premières requêtes, les demandes provisoires avaient été rejetées, mais ça ne nous a pas empêché de gagner sur le fond avec la décision du 29 juin 2018. Mais il y aura bien une audience sur le fond prévue pour le 20 février et nous pensons que, quand nos avocats débattront du fond, les juges entendront mieux nos arguments et nous donnerons raison», espère-t-il. Un des conseils de Khalifa Sall d’ajouter que la Cour ne s’est pas prononcée sur les demandes principales. «Elle a estimé qu’en se prononçant sur les mesures provisoires, elle risquait de préjuger du fond. Nous restons très sereins parce que convaincus que Khalifa Ababacar Sall peut gagner ce procès. Par conséquent, pour nous, il n’y a pas encore péril en la demeure», a dit Me El Mamadou Ndiaye sur Rfm.
Pourtant pour les avocats de l’Etat, c’est un camouflet. «La Cour vient de débouter Khalifa Sall de toutes ses demandes en urgence parce qu’il voulait tout simplement bloquer le processus électoral du Sénégal sur la base d’arguments qui ont déjà été débattus partout devant nos juridictions», a dit Me Ousmane Diagne.
Khalifa Sall attendait justement cette décision pour soutenir un candidat. «Cela va se faire très prochainement», assure M. Ba. Et cela a été fait dans l’après-midi d’hier par le pensionnaire de Rebeuss qui a décidé de soutenir Idrissa Seck.
ksonko@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here