PARTAGER

16 listes pour 2 sièges. Oumar Sarr appartiendra-t-il «au passé» le 30 juillet, comme le promet Boun Abdallah Dionne ? Il est encore ce maire indéboulonnable depuis 1996 et sans interruption. Il a pris le risque, mais avait-il encore le choix d’être tête de liste départementale de la Coalition gagnante/Wattu senegaaal. Et il est aujourd’hui l’un des rares fidèles à Abdoulaye Wade à contrôler une commune «urbaine» comme celle de Dakar. Il pourrait peut-être conserver son statut de «lion du Walo»… dans la commune. Et sans doute, l’autre enjeu pour la coalition présidentielle c’est de gagner la commune. Mais le département qui, depuis les Locales, est sous le contrôle de Benno bokk yaakaar n’est pas favorable au secrétaire général adjoint du Pds. En plus, il lui faudra plus que sa commune ou une victoire à la soviétique pour espérer rafler les deux sièges.
A cela, il s’ajoute la défection d’une quinzaine de conseillers municipaux fidèles au maire Oumar Sarr qui ont décidé de rejoindre les rangs de l’Apr. Et il faut surtout souligner que dans la commune de Dagana, l’écart entre Oumar Sarr et ses adversaires s’était considérablement réduit aux Locales où le Pds avait une avance de moins de 2 000 voix. Avance qui s’était même effritée au référendum de mars 2016 jusqu’à près de 400 voix. Mais bon, cette fois-ci il pourra compter sur les alliés du Pds comme Bokk gis gis et autres.
C’est un des tests majeurs pour Sarr ; une défaite pourrait accentuer les critiques de nombre de ses «frères» qui remettent en cause son autorité, car en réalité, il ne lui reste que Dagana pour convaincre de sa légitimité. Mais c’est parce que le coordonnateur du Pds joue aussi la carte de la succession de Wade, nombre de ses potentiels concurrents ayant quitté le navire.
Il doit faire face à une myriade de responsables de Bby qui a d’ailleurs la faveur des pronostics pour avoir remporté le Conseil départemental grâce à un nombre de voix important dans les autres communes. Il y a le tandem Mame Diop-Fatim Sall, respectivement député sortant et maire de Richard-Toll, un autre réservoir électoral et responsable à Thiagar, mais aussi le maire de Ross Béthio Amadou Bécaye Diop. L’Apr contrôle en effet Ngnith, Diama, Ronkh et mise sur le ministre des Affaires étrangères, Man­keur Ndiaye, et surtout le directeur général de la Senelec, Mactar Cissé. C’est donc une machine Bby qui tentera de trôner au fauteuil du «Brack» du Walo.
Mais il y a aussi un larron nommé Manko taxawu senegaal qui pourrait jouer les arbitres en grignotant des voix de Wattu et de Bby. Cependant, la liste de Khalifa Sall, même si elle a gagné en galon, n’a pas encore les moyens de battre ces deux géants de la scène politique locale dans le département avec sa tête de liste Abdoulaye Tay de Ndombo, Bëss du niakk de Serigne Moustapha Sy Djami avec comme second Oumou Diagne de Diawar qui seront accompagnés par Saliou Sarr, investi sur la liste nationale et le jeune avocat, Me Ababacar Sadikh Naham. Ce n’est donc, pour un premier test, que pour mieux préparer la Présidentielle de 2019.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here