PARTAGER

La Der n’est pas un instrument de campagne électorale. Le président de la République Macky Sall n’a cessé de le dire. Seulement, la cérémonie de remise de financement s’est par moment transformée en un véritable meeting politique, avec des applaudissements nourris des centaines de jeunes et de femmes présents dans la salle pour marquer leur satisfaction. Des applaudissements parfois suscités par des propositions à peine voilée d’œuvrer pour la victoire du Président lors de la prochaine élection présidentielle, que certains bénéficiaires ont jugé opportun d’exprimer.
«Au début, on a tout entendu. Les gens ont dit que c’est un budget de campagne mais les bénéficiaires, je n’en connais aucun. Mais ce n’est pas grave. A l’épreuve du temps, on s’est rendu compte que cette Der est une création pour atteindre les véritables cibles de l’entreprenariat social. Nous l’avons mise en place avec des procédures transparentes. La Der n’est pas un outil au service d’une partie de la population ou du pouvoir politique et je souhaite que les partenaires puissent prendre le relais et nous accompagner dans le respect de la transparence pour donner une réponse efficace contre l’émigration clandestine, donner des perspectives d’emplois dans les terroirs les plus reculés», a souligné le Président sénégalais.
Pour le Délégué à l’entreprenariat rapide Pape Amadou Sarr également, la structure n’a rien de politique. «L’objectif qui nous a été fixé, c’est de mettre en place un système transparent où tous les Sénégalais se retrouvent. Nous avons été attaqués de toutes parts par des partisans de l’opposition, mais aussi du pouvoir, pour dire, pour les uns que nous sommes au service de la politique du Président, et pour d’autres que nous ne sommes pas au service du Président. C’est pour ça que nous avons décidé de mettre en place ce processus transparent qui permet d’identifier les bénéficiaires qui nous envoient leurs projets. Ceux qui auront leurs financements, leurs noms seront affichés chez nous et dans les préfectures. Ceux qui ne paieront pas également, leurs noms seront affichés», assure M. Sarr.
mamewoury@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here