PARTAGER

Incendie volontaire ou involontaire ? Seule la justice pourra dire le mobile de l’arrestation des 10 jeunes du village de Bohé Baol, sis dans la commune de Ndindy, accusés d’avoir mis le feu dans une concession à Ndieck Pinthie. En garde à vue depuis jeudi à la brigade de gendarmerie de Diourbel, ils pourraient être prochainement présentés au procureur de la République.

Ndieck Pinthie, cette localité de la commune de Ndindy, est devenue célèbre à cause d’un incendie survenu ce jeudi vers 18 heures dans la concession des Mbaye. Cette demeure de 15 chambres a été complètement calcinée. Sur place, ce sont des lits, des ustensiles de cuisine, des matelas, la ration alimentaire qui sont brûlés. Même les arbres n’ont pas pu résister à la folie destructrice du feu. Sur les origines de cet incendie, Mor Mbaye, propriétaire de la maison, pointe un doigt accusateur sur des jeunes du village voisin de Bohé Baol : «J’étais souffrant. Ma femme m’a alerté pour me dire qu’ils viennent. Ils ont foncé sur le tuyau pour le détruire tout en proférant des injures avant de nous inviter à venir en découdre avec eux. Après cela, ils ont mis le feu à la maison. Et vous l’avez vu.» Il liste les pertes : «J’ai tout perdu. Un lit d’environ 300 mille francs. Vous avez bien vu. Nous avons tout perdu. Il ne nous reste que les vêtements. Ce qui nous oppose, c’est ce problème d’adduction d’eau. Il y avait un dispatching des 11 robinets. Ils avaient dit qu’ils allaient creuser et mettre dans chacune de leur maison un robinet. Le même scénario devait se faire pour le village où logent les Peuls. Et pour nous de Ndieck, c’est un seul robinet qui nous était destiné. Nous avions refusé cela. Pour eux, il fallait qu’on vienne présenter nos excuses. Il y a aussi des relents politiques. Nous sommes nous de l’Apr et eux du Ps.» Des propos confirmés par Papa Ngagne : «Tout le problème, c’est ce tuyau. Les habitants de Bohé ont complètement refusé, arguant que les habitants de cette maison n’avaient pas voulu creuser. Les habitants de cette maison avaient reçu l’autorisation du sous-préfet qui leur avait demandé de brancher sur le robinet. Les jeunes du village de Bohé Baol sont passés à l’action et ont coupé le tuyau. Après avoir terminé, ils ont insulté copieusement les habitants de la maison avant d’incendier la concession.» A sa suite, Malick Mbaye souhaite que l’affaire soit tirée au clair et que la justice fasse son travail : «Nous demandons à ce que justice se fasse. Nous sollicitons de l’aide au niveau de l’Etat parce que nous avons tout perdu.» Pour Mbaye Faye, oncle de certains jeunes arrêtés, ce que dit la famille est faux. Trouvé en face de la brigade de gendarmerie de Diourbel, il livre sa version des faits : «C’était un projet. Certains étaient d’accord et d’autres non. Cela a beaucoup duré. Le sous-préfet leur avait demandé de surseoir au creusage pour mettre des tuyaux pour l’adduction d’eau jusqu’à dimanche. Ce que les jeunes ne voulaient pas entendre. De 8h à 16h, nous n’avions pas pu faire entendre raison aux jeunes qui voulaient coûte que coûte empêcher à ces gens de bénéficier du liquide précieux. Finalement, ils sont passés à l’action en coupant le tuyau. Avec mon oncle, nous avons demandé aux jeunes de notre village de rentrer dare-dare au village. Les habitants du village de Ndieck peuvent en témoigner. Omar Diagne, nous l’avons rencontré.» Il ajoute : «Il venait de quitter sa maison et se diriger vers la maison du vieux Abdou Diagne. La maison qui a été brûlée, les jeunes n’avaient aucun problème avec lui parce que le tuyau en question n’était pas dirigé vers cette maison. Le tuyau en question provenait de la maison de Oumar Diagne. C’est lui-même qui a mis le feu dans la maison. Toutes les femmes en sont témoins. Le robinet appartient à son frère. Pour éviter des problèmes, nous ne sommes pas passés par la devanture de sa maison. Nous n’avons jamais refusé qu’ils aient accès à l’eau. D’ailleurs, nous puissions de l’eau pour eux. Et cela, depuis 2014. Il n’y a aucun dessous politique sur cette affaire. Ils avaient refusé de creuser. Nos jeunes n’ont jamais incendié cette maison.»
badiallo@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here