PARTAGER

Face à la menace du Covid-19, le Président Macky Sall a pris une batterie de mesures pour stopper la propagation du virus dans le pays. Le chef de l’Etat était fortement attendu sur son plan de riposte face à cette pandémie qui est maintenant installée dans le pays. La progression du nombre de malades du Covid-19 est préoccupante. La barre des 30 cas positifs est franchie. Il est peut-être temps que l’Etat propose aussi des mesures concrètes et pratiques sur la mobilité des citoyens qui est actuellement un des maillons faibles de la lutte contre la progression de la maladie dans le pays.
Les décisions arrêtées par le gouvernement ont été saluées et appréciées par la classe politique dans son entièreté et sa diversité, par les chefs religieux musulmans et chrétiens unanimement ainsi que par la Société civile et l’ensemble des syndicats. Les populations ont montré, elles aussi, leur adhésion sans réserve aux mesures gouvernementales. A ce jour, l’application des décisions du gouvernement ne souffre d’aucune faiblesse ou entrave. Les cas positifs au Covid-19 sont traités de façon convenable. Le corps médical s’est montré à la hauteur de la situation. Il est cependant nécessaire de continuer à sensibiliser les populations pour le respect de certaines consignes d’hygiène et de comportement.
Le pouvoir de contamination du Covid-19 est sans commune mesure avec ce qu’on a l’habitude de voir. Présentement, tous les continents sont atteints, l’Asie étant le plus touché. La propagation du virus ne peut être, à ce stade des connaissances scientifiques, stoppée que par la prévention. C’est dans cet esprit que le Sénégal, à l’instar des autres pays, a pris une batterie de mesures pour protéger les populations sénégalaises de ce terrifiant virus. Les autorités médicales du pays gèrent avec efficacité l’évolution de la maladie depuis son apparition il y a bientôt un mois.
La batterie de mesures prises par le pouvoir aura des conséquences économiques et sociales insoupçonnées. Les écoles et universités sont fermées, les rassemblements publics et privés interdits, les frontières aériennes et terrestres fermées. Les Sénégalais vivent, comme le reste du monde, des moments inédits et angoissants dont nul ne peut prédire la fin. Il n’y a pas de traitement spécifique de la maladie virale actuellement même s’il y a beaucoup de spéculations sur d’éventuelles molécules efficaces contre le Covid-19.
Les populations du monde rural font partie des Sénégalais les plus impactés par les mesures prises par le Président Macky Sall. En application de l’interdiction des rassemblements, les marchés hebdomadaires sont interdits par l’Administration territoriale. Ces marchés dits louma sont potentiellement des lieux de propagation ultra rapide du Covid-19. Les fermer est une mesure opportune et inévitable pour éviter la contamination au coronavirus à grande échelle.
Il est utile cependant de rappeler que les populations rurales se ravitaillent dans ces marchés qui sont disséminés à travers le pays, y vendent leurs récoltes et bétail pour satisfaire leurs divers besoins. La fermeture des louma a créé le désarroi sans précédent en milieu rural. L’Etat n’a, pour le moment, rien dit les concernant. Sans les marchés hebdomadaires, où vont se ravitailler les ruraux, où vendront-ils leurs récoltes et leur bétail ?
Suite aux mesures gouvernementales, les conséquences sur la vie des populations urbaines et rurales seront énormes. L’Etat doit maintenant prendre des mesures d’ordre économique et social sans délai. Le Président Macky Sall est attendu sur son plan de soutien aux populations impactées par sa batterie de mesures.
Un Comité Ad hoc pourrait être mis en place rapidement pour assister le président de la République et lui faire des propositions concrètes et réalistes dans l’objectif d’une bonne gestion des effets collatéraux des décisions gouvernementales.
Les populations rurales, très vulnérables, devraient être soutenues pendant cette période de fermeture des marchés hebdomadaires. Ils ne peuvent plus vendre leurs récoltes et leur bétail. Ils rencontrent également beaucoup de difficultés pour leur ravitaillement. Ils sont déboussolés. Si rien n’est fait rapidement, la famine pourrait s’installer en milieu rural, avec des conséquences probables sur la sécurité. L’Etat ne devrait pas oublier que la campagne agricole 2019-2020 n’a pas été des meilleures. La vie en milieu rural est déjà dure. La fermeture des marchés hebdomadaires est une catastrophe pour les populations rurales. Des mesures d’accompagnement sont nécessaires pour les soulager. En plus des conséquences liées aux mesures gouvernementales, le monde rural s’attend à une période de soudure précoce en 2020.
Pr Demba SOW – Ancien député Ancien Ces

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here