PARTAGER

Quatre mois après leur installation, les bureaux relais mis en place par le ministère de l’Emploi pour mieux rapprocher l’Administration des usagers, ont donné des résultats satisfaisants. Amadou Matar Cissé, Directeur général de la Fonction publique, l’a fait savoir mardi à l’ouverture d’un atelier de deux jours au Cnfa. «L’objectif de la rencontre c’est d’évaluer le fonctionnement des bureaux relais que la ministre a eu à installer le 24 février à l’occasion d’une caravane du service public à Fatick, Kaolack et Kaffrine le 24 février (…) Les bureaux qui sont déjà installés fournissent un travail extraordinaire qui a été salué par l’ensemble des usagers et plus particulièrement par les responsables de syndicats», a-t-il fait savoir. «Un total de 4049 dossiers suivis depuis le démarrage des consultations (9 mars-30 juin) dont 462 dossiers rejetés et 108 dossiers corrigés», a renseigné à ce sujet la note de présentation.
«Pour un total de 1692 consultations enregistrées ce mois de juin, 214 sont des dossiers rejetés dont 111 compléments de dossiers, 103 corrections internes et 39 rejets corrigés. 43 demandeurs d’emplois sur la plateforme ont été guidés», a poursuivi la source pour relever l’importance de l’initiative visant à désengorger le système du ministère de la Fonction publique. «La Fonction publique, qui traite des dossiers de tous les travailleurs de l’Etat, concentrait toutes ses activités à Dakar. Des travailleurs venaient ainsi de Saraya, de Casamance et de partout du pays pour souvent une simple information. La Fonction publique n’a ni service régional ni service départemental et c’est très difficile pour un travailleur de s’absenter pour quelques jours juste pour venir à Dakar pour un dossier administratif», a posé M. Cissé comme raison de la mise en place des bureaux relais.
Dans le cadre du lancement des bureaux relais, une caravane avait été initiée. «6200 usagers ont bénéficié des services offerts par la caravane qui s’est déroulée du 24 au 29 février dans les régions de Fatick, Kaolack et Kaffrine», a précisé le document de présentation.  L’objectif de ces bureaux, encore appelés Centres de services partagés (Csp), est de diminuer les coûts mais aussi d’augmenter la qualité des services rendus aux usagers. Et, après les trois bureaux-pilotes, d’autres sont incessamment attendus. «Nous allons, au sortir de cet atelier, faire l’évaluation et nous projeter encore sur d’autres régions», a expliqué le Directeur général de la Fonction publique, assurant que l’objectif à terme est d’arriver à un maillage du territoire national.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here