PARTAGER

«Vous n’avez encore rien vu !» fut la dernière grande sortie de Alain Resnais, le cinéaste nonagénaire décédé le 1er mars 2014 ; c’est la «fin» d’une longue carrière pour le dernier grand cinéaste parmi les anciens. Mais «Vous n’avez encore rien vu» au cinéma, fut d’abord «Nuit et brouillard» en 1956, une décennie après la deuxième grande guerre mondiale, le film-document le plus sombre, le plus effrayant et le plus sulfureux sur les camps de concentration. Un film d’une sobriété et d’une pudeur glaciale.

C’est comme si le vieillard boitillant aujourd’hui nous disait déjà «Vous n’avez encore rien vu» malgré cette atmosphère glauque et l’horreur glaciale fabriquée par la main de l’homme. Que de sang humain versé sur cette terre souillée par la haine et l’insouciance. La guerre nucléaire aura bel et bien lieu ! Auparavant Carl Gustav Jung, vit dans ses voyages oniriques, un fleuve de sang dévastant l’Europe, ce fut la première guerre mondiale en 1914, la première grande guerre des machines et du gaz tuant et étouffant les êtres humains dans les tranchées. Plus de 10 millions de morts et 20 millions de blessés. Mais «Vous n’aurez encore rien vu». Il y aura la deuxième grande guerre et les deux bombes atomiques et la guerre du Vietnam et celle de la Corée.
On oublie que ces soixante dix dernières années sont une intermittence dans le conflit généralisé, une courte période pacifique où il n’y a pas de conflagration mondiale comme ce fut le cas en 1914 et en 1939. «Vous n’avez encore rien vu», la guerre Iran-Irak, l’opération tempête du désert, les génocides dans les Balkans et au Rwanda, le brutal conflit en Syrie, la disparition de la Somalie, de la Lybie et du Nord Mali ne sont que des escarmouches, «Vous n’avez encore rien vu», la guerre nucléaire aura lieu. Les hommes cherchent la destruction des Etats-nations, tous les groupements politiques et les mouvements de la Société civile qui agissent contre les Etats seront soutenus, entretenus, financés. Non contents d’aiguillonner des jeunes inconscients qui se disent activistes démocrates oubliant que la démocratie a été inventée par l’élite bourgeoise, des escarmouches terrifiantes et mortelles sont en cours qui finiront par une grande destruction de la civilisation actuelle et ce sera la fin de l’occident, la fin de l’universalisme occidental qui a cherché à se mondialiser depuis la sortie du moyen âge jusqu’à nos jours, en passant par la Renaissance et la révolution industrielle. La fin de la suprématie de la matière ?
Les hommes futurs, les plus résistants et les plus chanceux, ceux qui seront admis à l’académie futuriste, ces mutants d’une nouvelle génération porteront les germes de la continuité et de l’éternité. Ils auront pour mission de construire ce futur improbable pour nous. Mais nous passerons par la purification volontaire, une grande destruction que nous auront provoquée. Les cultures, toutes les cultures assujetties à la machine seront «vitrifiées». Il va falloir apprendre à monter à cheval comme l’Emir Abdelkader et tirer à l’arc. La science de la balistique sera toujours nécessaire. Ce ne sera pas une régression technologique mais une remise des pendules à l’heure, un retour aux fondements spirituels. Il va falloir apprendre ces grands gestes de survie, l’avenir est donc dans l’éducation. Mais qui va éduquer nos enfants ? Les hommes ou les femmes ? La guerre nucléaire aura lieu, «Vous n’avez encore rien vu». Arriveront par la suite de grandes alliances improbables qui vont configurer partiellement le futur de l’espèce humaine. Le choc des civilisations n’aura pas lieu. Il y aura certainement une grande coalition des philosophies traditionnelles religieuses et sectaires, une fraternité divine entre l’Islam et le christianisme orthodoxe et les confréries mystiques et laïques. Ils vont se retrouver dans les secrets de la vie et de la mort, la connaissance de Dieu et l’origine de toutes choses. Ils vont tenter de remembrer le monde par les formules traditionnelles qui solidifient toutes les formes d’édifice. Ce sera une grande alliance byzantine, une communauté de foi œcuménique. Le centre occidental du monde essayera de retrouver une sorte de «pérennialisme» traditionnaliste tardif que les grands éveillés ont voulu réaliser au XXème siècle à travers le grand maître René Guénon et ses continuateurs, le savant roumain Michel Valsan, fondateur des études «akbariennes» en Occident, et le métaphysicien suisse le grand cheikh Frithjof Schuon «Moqadem» dans la voie Shazaly , le savant anglais Martin Lings, l’écrivain Jean-Louis Michon, le savant juif Léo Schaya, le philosophe Titus Burckhardt, l’écrivain suédois Tage Lindbom, tous convertis au soufisme musulman. En toute fin il y a un commencement selon la loi de la conservation et du mouvement.
Même un savant non spiritualiste a vu les choses telles qu’elles sont : «ce que je constate : ce sont les rivages actuels ; c’est la disparition effrayante des espèces vivantes, qu’elles soient végétales ou animales ; et le même fait de sa densité actuelle, l’espèce humaine vit sous une sorte de régime d’empoisonnement interne -si je puis dire- et je pense au présent et au monde dans lequel je suis en train de finir mon existence. Ce n’est pas un monde que j’aime», a dit Claude Lévy Strauss. Il nous a quittés le 30 octobre 2009 à Paris à l’âge de 100 ans. Tristes tropiques ! (A suivre)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here