PARTAGER

La Jeunesse pour la démocratie et le socialisme (Jds) estime que la panne de l’appareil de radiothérapie est révélatrice de «l’absence d’une politique sanitaire cohérente». Dans un communiqué, Babacar Diop et ses camarades rappellent qu’il est du ressort des autorités sanitaires «d’anticiper, car «gouverner, c’est prévoir»» et de prendre des mesures de prévention contre la «longue panne de ce prestigieux et unique appareil». Pour eux, avec le système d’évacuation proposé par le ministère de la Santé, le gouvernement «montre qu’il méprise ses malades» et «démontre son incapacité et son incompétence pour régler les problèmes les plus primaires des populations». Au vu de cette «situation indigne», ils «exigent la démission du gouvernement», considérant qu’il «n’a plus la légitimité de nous gouverner». Ces jeunes du Ps en déduisent qu’«un pays qui méprise ses malades est un pays malade». Par ailleurs, sur les élections législatives prochaines, la Jds appelle l’opposition à «l’unité autour d’un projet alternatif afin d’imposer une cohabitation à Macky Sall dès le mois de juillet prochain», étant donné que «les conditions d’une victoire sont réunies». Mais, souligne-t-on, ces élections ne doivent pas être organisées par Abdoulaye Daouda Diallo qui n’en a ni «la neutralité» ni «l’impartialité», en tant que responsable du parti au pouvoir. Si, pour la Jds, l’organisation et le contrôle des opérations électorales par la Cena «ne souffrent d’aucun grain de doute», ce n’est pas le cas pour le ministre de l’Intérieur actuel «dont la démarche partisane relève désormais d’un secret de polichinelle».

hamath@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here