PARTAGER

Dans un peu plus d’un mois, les Sénégalais seront appelés aux urnes pour choisir celui à qui ils confieront les commandes de ce pays pour une durée de cinq ans (5 ans). Dans ce contexte préélectoral émaillé par une vive tension politique et des menaces émanant de certaines personnalités politiques, il me semble opportun de rappeler à nos concitoyens que cette élection, comme toutes les autres qui l’ont précédée, n’est point l’affaire des politiciens comme ils le prétendent, mais plutôt celle du Peuple, car c’est son avenir qui en dépend.
Quand je parle du Peuple sénégalais, je fais allusion à tous l’ensemble des Sénégalais ôté de sa super minorité politicienne.
Quand je parle du Peuple sénégalais, je veux nommer ces Sénégalais qui n’ont une autre patrie que notre cher Sénégal.
Quand je parle du Peuple sénégalais, je fais allusion à ces Sénégalais qui, quelle que soit la situation dans laquelle le pays sera plongée, ils n’auront d’autre choix que d’y rester et de souffrir éventuellement avec leurs familles respectives.
Eu égard à ce postulat, je ne cesse de me poser la question de savoir si ce Peuple devrait accepter que la minorité politicienne qui fait moins d’un pour cent (1%) de la population nous entraîne dans des faits qui mettront en péril notre propre sécurité et celle de notre cher pays. La réponse est bien évidemment non. Nous avons été assez dupés par ces malicieux politiciens qui ont toujours utilisé et qui veulent continuer d’utiliser le bas Peuple pour mener des combats purement personnels. Le moment est venu de nous regarder dans la glace, mais aussi de voir le vrai visage et la vraie posture des politiciens. Je suis sidéré de voir mes compatriotes croire que si la famille Wade, avec à sa tête le Président Wade, débarque au Sénégal après sept ans d’absence (depuis qu’ils ont démocratiquement perdu le pouvoir), c’est pour aider et libérer les Sénégalais et compatir à leur souffrance. Démagogique, n’est-ce pas ? Auriez-vous pu nous tourner le dos pendant sept longues années ? En réalité, ils ne sont revenus que pour l’intérêt de Karim que beaucoup de Sénégalais ne connaissent que de nom. Allons-nous accepter que le Président Wade et sa famille mettent le pays à genoux pour repartir se détaler à Versailles ? Allons-nous l’accompagner dans cette ignoble mission ? Aucun membre de sa famille, encore moins celle de ses partisans, ne connaît l’odeur des gaz lacrymogènes. Nous tenons à rappeler au Président Wade et à tous ses partisans qui veulent nuire à la bonne tenue de l’élection présidentielle que les souvenirs de 2012 sont encore frais dans nos mémoires. Nous tenons aussi à lui rappeler que le Conseil constitutionnel qui lui avait dit qu’il pouvait briguer un troisième mandat, c’est ce même Conseil constitutionnel qui a invalidé la candidature de son fils Karim Wade. Allons-nous accepter de mourir ou d’aller en prison pour défendre l’irraisonnable ? Allons-nous accepter d’être l’agneau du sacrifice ? Quand Omar Sarr (coordonnateur du Pds) qualifie l’invalidation de la candidature de Karim Wade comme du «ma tey», j’ai envie de lui demander comment avait-il qualifié la validation de la candidature du Président Wade en 2012 pour un troisième mandant.
Je fais partie de ces Sénégalais qui décrient la politique et la gestion du Président Macky Sall, et s’il y a une seule qualité que je dois lui reconnaître, ce sera la loyauté dont il avait fait montre en 2012 quand le Conseil constitutionnel a validé la candidature du Président Abdoulaye Wade. L’opposition marchait, contestait cette décision qu’elle jugeait d’anticonstitutionnelle, et il y a eu des morts (que des innocents et aucun homme politique ou membre de leur famille), mais lui, le candidat Macky Sall, s’était plié à cette décision judiciaire et était allé loyalement battre campagne pour enfin devenir Président du Sénégal.
Si vous faites partie des Sénégalais qui estiment que la gestion du Président Sall laisse à désirer et que les secteurs clés du pays sont en panne, attendez le jour du scrutin pour aller tranquillement voter contre lui et pour le candidat de votre choix ! Ce n’est point en descendant dans les rues et cassant les biens publics que vous sanctionnerez le Président.
Aucun de ces hommes politiques ou de leurs familles respectives ne souffrira des préjudices causés par la destruction des biens publics. Ceux qui en ont toujours pâti et continueront à en pâtir restent et demeurent le bas Peuple.
Chers concitoyens, plus particulièrement les jeunes, prenons conscience des actes que nous posons en pensant préalablement à leurs éventuelles conséquences sur notre avenir et sur celui de ce pays que nous tous partageons. La force des politiciens réside en nous ; utilisons-la pour les bonnes causes et non pas pour casser les biens publics. Plus jamais dans leur vie, Khalifa Sall, Abdoulaye Wade, Ousmane Sonko, le Président Sall etc. ou un seul membre de leur famille ne prendra les bus Dakar dem dikk. C’est nous et nos familles qui les prenons au quotidien, donc n’acceptons pas de les vendanger pour leurs propres causes.
Nous sommes plus que jamais interpellés par l’histoire et l’occasion nous est donnée de montrer que nous sommes un Peuple mature et une jeunesse consciente qui ne se laissent pas entraîner dans des actes inutiles et qui compromettent notre avenir et celui du pays.
Soyaux loyaux et démocrates, ne répondons à aucun appel de nature à porter atteinte à l’ordre public, à la stabilité nationale ou à installer le chaos dans le pays !
Amadou SOKHNA
Amadousokhna2@gmail.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here