PARTAGER

«Des membres du parti au pouvoir ont aussi été condamnés, et d’autres épinglés par la Cour des comptes. Ils remboursent aujourd’hui les sommes en cause. Personne ne parle d’eux car ils ne sont pas candidats à la Présidentielle.» C’est la révélation faite par Ismaïla Madior Fall dans un entretien accordé à Jeuneafrique.com. Ce qui était connu jusqu’ici, c’est que ce sont seulement d’anciens responsables du régime libéral qui avaient été poursuivis. Pour la Cour de répression de l’enrichissement illicite (Crei), il n’y a que le dossier de Karim Wade et Cie et celui de Tahibou Ndiaye qui ont fait l’objet d’une condamnation. Pour d’autres délits, certains ont cautionné et d’autres ont été «lavés». Ce que l’on sait, en revanche, c’est que des responsables du régime ont été cités dans des rapports des corps de contrôle, mais sans suite. Alors, le ministre de la Justice pense-t-il s’adresser à une autre cible que les Sénégalais eux-mêmes. Peut-être croit-il encore que c’est parce que Jeune Afrique n’est pas au fait de ce qui se passe dans notre pays ? Pourtant, le journaliste l’a bien relancé pour qu’il cite un seul nom de ses prétendus «fauteurs». Mais, prétexte-t-il, «il est inutile de les vilipender». Mais personne ne lui demande de «vilipender» qui que ce soit. En matière de gestion de la chose publique, il s’agit plutôt d’informer les citoyens. Pour cette raison, le ministre devrait, au nom de la transparence, clarifier ses propos. Et encore, même s’il y avait certains d’entre eux qui seraient en train de rembourser, il y a trois interrogations à ce niveau : pourquoi devraient-ils rembourser, combien mais surtout qui sont-ils ? Bref, cela ressemblerait à une mauvaise campagne, surtout dans un contexte d’élection.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here