PARTAGER

Après le 19 avril qu’il n’a pas pu célébrer, Idrissa Seck a créé un 20 avril en ameutant toute la presse chez lui, au Point E. Le leader de Rewmi a usé de tirs Seck et Sall(i) Macky qu’il accuse d’être un «triple violeur de la Constitution». C’était sa séance de débriefing. Malick, qui a aussi pris des (Ga)coups, comme Thierno qui a Bocoum souffert et le Y’en a marriste qui avait lâché un mot indigne d’un Kilifeu ont tous été libérés au petit matin. Tous ont gazé Macky qu’ils désignent comme le parrain de leurs déboires.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here