PARTAGER

L’emploi des jeunes constitue aujourd’hui le sujet le plus préoccupant en Afrique aussi bien pour les jeunes eux-mêmes, les populations, les partenaires au développement que les décideurs politiques et économiques.
Le Sénégal majoritairement jeune (65%) n’échappe pas à ce phénomène.
L’équation n’est pas simple : sur 14 millions de Sénégalais, 7 millions sont des jeunes et le taux de chômage tourne autour de 15% de la population selon les statistiques officielles.
Convenons tous que c’est une vraie bombe à retardement pour tout gouvernant chargé de mettre en œuvre des politiques publiques en matière d’emploi.
D’ailleurs, l’actualité récente sur l’émigration clandestine nous rappelle l’importance de la prise en charge de cette question.
Tout moyen est le bienvenu pour aider cette jeunesse à retrouver le sourire au prix de politiques d’insertion ardues et efficaces. Nous saluons déjà l’existence de la Der et du Fongip.
La question est tellement sensible qu’elle doit transcender les chapelles politiques et syndicales. Chaque Sénégalais doit y mettre son grain de sel pour pouvoir venir à bout de ce fléau.
Pour notre part, nous avons voulu partager avec l’ensemble des jeunes de la banlieue ce week-end, notamment ceux de la commune de Djiddah Thiaroye Kao qui s’est illustrée comme la première commune en termes de résultat électoral dans la région de Dakar pour la victoire du Président Macky Sall, soit plus de 51%.
On ne pouvait pas offrir meilleur cadeau en formant ces jeunes sur les techniques de leadership et de recherche d’emploi. Plus de 150 jeunes d’une école de la place ont été ainsi formés.
L’expérience nous a montré en côtoyant les jeunes diplômés, qu’ils sont la plupart désarmés pour affronter un marché du travail impitoyable et très évolutif :
– Filières de formation mal choisies,
– Cv mal écrit et lettre de motivation truffée de fautes et de maladresses,
– entretien d’embauche mal préparé,
– Explosion des sites d’emploi sans information précise
– leadership approximatif lié généralement à l’angoisse du premier emploi etc.
Ce sont ces différentes problématiques que cette journée de réflexion initiée par le cadre de réflexion et de développement de Djiddah Thiaroye Kao, a tenté de circonscrire parce que nous restons persuadés que les jeunes africains ont besoin d’être mis en confiance, d’être requinqués. Le potentiel est là, il suffit de le dégoupiller et de le mettre en exergue.
Ce n’est que de cette manière que l’Afrique pourra tirer profit du formidable dividende démographique que constitue sa jeunesse.
C’est pourquoi, nous demandons que ce dernier mandat du Président Macky Sall soit placé sous le signe de l’emploi des jeunes.
Nous restons plus que jamais optimistes, d’autant que les découvertes de gaz et de pétrole de rang mondial nous permettent de nourrir tous les espoirs avec son leadership éclairé
Mamadou BA
Diplômé Ena Sénégal et France
Consultant en ressources humaines
Animateur de la journée
Cadre militant à Djiddah
Thiaroye Kao
Allodrh.com@gmail.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here