PARTAGER

Pour accompagner le processus d’inclusion financière et d’émergence économique du Sénégal, le groupe Banque de Dakar (Bdk) a procédé hier au lancement d’une nouvelle entité dédiée au secteur informel dénommée Creditkash.

La Banque de Dakar (Bdk) veut étendre sa communauté de clients. Au-delà des grandes entreprises et structures formelles, le groupe bancaire a décidé d’enrôler les Très petites entreprises (Tpe) et les Petites et moyennes entreprises (Pme). Cela, en mettant sur pied une nouvelle entité dénommée Creditkash. Mansour Guèye, di­rec­teur général, explique que les Tpe/Pme sont exclues du système financier, car ne disposant d’aucune garantie et ne tiennent pas une comptabilité formelle. Et, précise M. Guèye, «au niveau des banques, si vous n’êtes pas formalisés, c’est très difficile d’avoir des financements, alors que ce secteur informel contribue peut-être pour plus de 60% à notre Pnb. Constatant que ces gens sont complétement exclus du système financier, nous avons créé ce concept pour attaquer ce marché et proposer des services innovants qui vont leur permettre de se développer, mais également de contribuer à la création de l’emploi au Sénégal».
Bdk entend ainsi offrir une série de solutions diversifiées à cette clientèle car, soutient le Président directeur général Vasco Duarte Sylva, «l’appartenance à un groupe financier nous permet d’avoir une offre différente et exclusive dans ce secteur d’activités. A titre d’exemple, Creditkash proposera un service extrêmement rapide de traitement des chèques et virements reçus ou émis par d’autres institutions financières». Cela, grâce à une «solution de traitement automatisé qui permet de réduire les délais de compense des remises de chèques à 2 jours, alors que les Systèmes financiers décentralisés (Sfd) ont des délais de 3 à 4 jours minimums».
Mansour Guèye d’ajouter que «Bdk va travailler avec le secteur formel, c’est-à-dire les grandes entreprises, les structures bien organisées qui ont des comptabilités bien formalisées, alors que Creditkash va travailler avec les gens qui sont dans le secteur informel. Et ce que nous mettons en avant, c’est la rentabilité de l’activité et non une comptabilité formelle ou une hypothèque».
Au cours de l’année 2018, informe le Pdg du groupe Bdk, «les activités se concentreront à Dakar et sa grande banlieue à travers un réseau de 11 agences. Puis, à partir de 2019, des agences supplémentaires seront déployées dans les principales régions et villes du Sénégal comme Touba, Kaolack, Louga et Thiès».
dialigue@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here