PARTAGER

Le coordonnateur du mouvement Far ak Sénégal veut «tourner la page des bandes d’aventuriers». Pour ce faire, Dr Ousmane Kane et ses alliés ont lancé une liste de candidats indépendants aux Législatives du 30 juillet. Ils disent basta aux «politiciens professionnels qui, depuis le 4 avril 1960, ont pris notre pays en otage et continuent de détourner ses ressources». Il ajoute : «Ce sont deux partis qui se succèdent au pouvoir depuis l’indépendance et qui font semblant de réussir des alternances. Mais concrètement, il s’agit de deux revers de la médaille de l’incompétence. Ça suffit !» Et cela commence naturellement par «insuffler un nouvel élan à la représentation nationale, en étant les premiers à désigner des candidats issus des entrailles du pays réel, et non des candidats parachutés par les états-majors des partis politiques», selon Ousmane Kane qui n’exclut pas de s’allier avec d’autres mouvements sauf ceux de la mouvance présidentielle pour «bouter ceux qui se servent du Peuple pour s’enrichir».
Titulaire d’un «doctorat en droit public de la New college school of law de l’Université de Californie», Dr Ousmane Kane a démissionné de son poste aux Nations unies, dit-il, pour apporter sa contribution à la construction du Sénégal. C’est dans ce contexte qu’il a lancé son mouvement Far ak Sénégal en 2016, à Mbour. Partant du constat que «partout c’est la rogne et la grogne», il veut proposer «une liste de la rupture, de l’alternative et de l’ouverture à toutes les forces citoyennes». «Les politiciens ne peuvent plus exiger de nous des sacrifices pendant qu’eux s’en mettent plein les poches avec les deniers publics. Ils ne peuvent plus nous convaincre de leur désir de changement, car au gré des alternances, les mêmes personnes reviennent, en changeant juste de parti», explique M. Kane.
mgaye@lequotidien.sn  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here