PARTAGER

D’origine camerounaise, l’artiste Reezbo vit à Dakar depuis bientôt 2 ans. Il a présenté hier son opus intitulé «Un Camerounais au Sénégal». L’album vise juste à faire comprendre aux jeunes qu’on peut rester dans le continent et y réussir.

Beaucoup d’Africains pensent qu’émigrer en Europe, Amérique, etc. est la solution miracle pour réussir sa vie. Mais l’artiste camerounais Reezbo voit les choses d’une autre manière et voudrait faire changer la vision de tous. Dans son album intitulé Un Camerounais au Sénégal, le slameur veut démontrer qu’il est possible de réussir sur le continent africain, comme en écho au plaidoyer de l’Association Rester et réussir dont il est le coordonnateur.
Et pour atteindre ses objectifs, il veut partir de son expérience au Sénégal, premier pays dans lequel il s’est installé, après le Cameroun. «Dans mon titre, il y a deux pays, le Cameroun et le Sénégal. J’ai fait cet album parce que j’adore voyager en Afrique et je pense que nous les Africains, on ne voyage pas assez à l’extérieur du continent», explique-t-il. Ajoutant qu’il a eu à collaborer avec des artistes sénégalais comme Abdou Kamara, des Gabonais, des Camerounais, des Congolais autour de cet opus de 12 titres.
Après un long compagnonnage avec le groupe de rap camerounais Ak Sang Grav, le crew s’est disloqué et chacun est parti dans un pays différent. «Quand je suis arrivé à Dakar, j’ai retrouvé des groupes que je rencontrais dans les festivals à une certaine époque, comme Positive Black Soul, Daraa J Family, Xuman etc. Cela m’a donné envie de me mettre à la musique.» L’artiste est venu au Sénégal il y a environ deux ans pour des raisons familiales et compte y rester jusqu’en 2021. «J’ai décidé de me greffer à l’environnement culturel sénégalais», dit-il.
Débutant sa carrière par du rap très engagé, il se retrouve maintenant dans le slam. Cela, dit-il, pour qu’on écoute plus ses paroles. L’album Un Camerounais au Sénégal est fait de slam, des textes français avec des refrains en wolof, pulaar, lingala etc. En dehors de la musique, Reezbo travaille dans le social avec l’Association Rester et réussir qui lutte contre l’émigration clandestine en utilisant l’art, la musique. Son amour pour le Sénégal est indéniable. «J’aime beaucoup le Sénégal. C’est l’un des pays les plus panafricains de l’Afrique. J’y suis vraiment à l’aise et j’ai vraiment envie de continuer ici. C’est un pays dans lequel je me sens comme un ‘’thiof’’ dans la mer», assure-t-il, sourire aux lèvres.
mfkebe@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here