PARTAGER

Le centre de réinsertion sociale de Bignona a été le cadre mardi dernier de la cérémonie officielle de lancement du Fonds de développement département-Communes (F2dc). Une rencontre présidée par le préfet de Bignona en présence de la directrice des Collectivités locales, du président du Conseil départemental de Bignona, des maires et élus du département, des partenaires et acteurs au développement et de nombreux chefs de service et de représentants de projets et programmes. Un fonds dont les objectifs sont d’accompagner le développement local sur l’ensemble du département, de mettre en œuvre les orientations du P3d, de renforcer la concertation entre les collectivités locales, de soutenir financièrement les communes de façon équitable et transparente, de favoriser la coopération territoriale et de mobiliser de nouvelles ressources financières. Ainsi pour le fonctionnement de ce fonds, il est demandé aux 19 communes du département de délibérer et de cotiser à hauteur de 100 francs Cfa par habitant et par an.
Les départements de Bignona et de Savoie abondent eux à hauteur de 100 francs Cfa par habitant et par an. En plus, les communes ou groupements de communes vont choisir le projet qu’ils souhaitent soumettre au fonds. Et parmi les projets éligibles définis par les 15 orientations du Plan de départemental de développement durable de Bignona figurent, entre autres, l’aménagement de bassins aquacoles et de zones pastorales, l’amélioration ou la création de marchés centraux sur les bassins de vie, l’amélioration du plateau technique des districts sanitaires, la construction de mini-gares, la dotation en fournitures scolaires de familles vulnérables.
Pour le président du Conseil départemental de Bignona, ce projet innovant et d’envergure a un rôle capital dans le processus de modernisation de l’institut et de l’administration pour une véritable émergence du département. Les manques et les besoins à combler sont, estime Mamina Kamara, nombreux dans le domaine économique en Casamance et partout dans le monde. C’est tous ensemble main dans la main, martèle-t-il, qu’opérateurs économiques, pouvoirs publics, institutions financières et acteurs sociaux parviendrons à faire bouger les lignes.
Se tournant vers les structures ciblées, le président de l’institution départementale de Bignona leur a rappelé que le défi et les enjeux de mise en œuvre de ce projet sont considérables tant, dit-il, du point de vue de la bonne gouvernance, du respect des procédures instaurées par les partenaires techniques et financiers que des objectifs de durabilité des actions de développement envisagées. «Ce projet renforce d’énormes capacités d’investissements du Conseil départemental à travers les maires et marque une nouvelle étape dans la mise en œuvre des projets d’investissements des communes, qui entre en droite ligne dans la vision de développement du chef de l’Etat», a soutenu Mamina Kamara. Lequel a exhorté tous les acteurs à veiller scrupuleusement à faire en sorte d’éviter tout blocage qui pourrait contrarier la mise en œuvre du projet. «Ce sont des fonds spécifiques qui répondent aux réalités du Sénégal et du département de Bignona ; et nous sommes convaincus que dans deux ans, les résultats concrets de ce projet seront visibles», a soutenu à son tour Yannick Billard, chargé de mission du département de la Savoie, qui accompagne ce projet.
La directrice des Collectivités locales a, quant à elle, retenu l’ingéniosité et l’innovation apportées  par le Conseil départemental de Bignona à travers le lancement du fonds au bénéfice des populations. Mme Fall Fatou Bintou Camara a en outre réitéré l’engagement de son ministère à accompagner ce projet sur les plans technique, financier et de la coordination du fonds.
imane@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here