PARTAGER

Les Parcelles assainies, à l’instar des autres municipalités de la région de Dakar, ont désormais leur Festival international de  théâtre et de danses populaires (Fitdp). Il va se dérouler du 2 au 4 décembre prochain. Il permettra de vulgariser le talent des artistes de la ville.

Offrir aux Parcelles Assainies l’opportunité d’avoir leur grand festival de théâtre et de danse qui sera appelé à constituer une date phare dans leur agenda culturel. C’est l’objectif du Festival international de  théâtre et de danses populaires (Fitdp) qui aura lieu du 2 au 4 décembre prochain. Organisé par L’association culturelle Noreyni création production diffusion «Nocreaprodi» et le Réseau des Artistes et acteurs culturels africains (Raca 5/5) en partenariat avec la mairie des Parcelles assainies, la 1ère édition du Fitdp va allier l’utile à l’agréable, en offrant aux populations une diversité de spectacles tout en saisissant l’occasion de professionnaliser davantage les comédiens et danseurs en leur faisant bénéficier de stages de formation. «Il sera un espace de rencontre entre comédiens et danseurs avec leur public dakarois d’abord, ensuite avec d’autres festivaliers venus d’autres régions du Sénégal et d’ailleurs plus précisément de la Guinée», indique le communiqué publié par les organisateurs.
Un programme riche et varié attend les amateurs de théâtre et de danses populaires. La cérémonie d’ouverture sera marquée par l’animation avec le ballet Djiboome Casa de Bignona et le ballet Mandinka de la Guinée Conakry le vendredi à 17 heures. Il s’ensuivra une projection de films documentaires sur Le thème : Un engagement citoyen pour un développement local. Le symposium du samedi sera le point d’orgue du festival. A cet effet un documentaire sur les opportunités de la commune des Parcelles assainies pour son développement artistique, culturel et touristique y sera diffusé. Et pour le dernier jour des ateliers sur la danse et le théâtre, respectivement par Martin Chimère Lopy, professeur de danse à l’école nationale des Arts (Ena) et Mamadou Diol, directeur de la compagnie Kaddu Yaraax seront organisés. Et pour le clap de fin des troupes de théâtre et de danse vont être présentées.
Pour le coordonnateur, Mouhamed Willier «Il fallait marquer le coup en organisant cette première édition. Nous avons peiné à boucler le budget mais nous ne perdons pas espoir car avec l’appui du maire et de l’ambassade de Suisse et celui du ministère de la Culture nous avons pu faire beaucoup de choses. Nous avons un gap de deux millions à combler et nous ne perdons pas espoir. Il fallait essayer de faire quelque chose pour notre quartier et répondre à l’appel du maire qui a toujours subventionné des artistes des Parcelles qui allaient organiser ailleurs. En, tant que membre du Théâtre Daniel Sorano j’aurais pu organiser là-bas mais j’ai préféré venir travailler pour mon fief. Ce n’est pas facile mais nous avons conscience d’avoir soulevé un gros lièvre».
mgaye@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here