PARTAGER

Le coordonnateur national de l’Unité de coordination de la gestion des déchets solides (Ucg), Ousmane Ndao, a procédé hier au lancement du Projet de gestion durable des déchets solides urbains dans la ville de Tivaouane, en présence du maire de la commune, Mamadou Diagne Sy Mbengue.

Du petit matériel constitué de centaines de bacs à ordures, 200 pelles, 250 râteaux, 2 000 balais, 100 balais cantonniers, 100 brouettes, 1 500 masques, en plus d’un dispositif de matériels lourds composés d’une pelle mécanique, d’un camion benne à ciel ouvert ainsi que des bennes «tasseuses». Un important lot de matériels offerts aux populations de la commune de Tivaouane par le Plan de gestion environnementale et sociale (Pges), dans le cadre du lancement des activités du Projet de gestion durable des déchets solides urbains (Pgdsu) hier à Tivaouane. Selon le coordonnateur national de l’Unité de coordination de la gestion des déchets solides (Ucg), le gouvernement du Sénégal a inscrit la gestion des déchets dans ses priorités de développement, de lutte contre la pauvreté et l’amélioration des conditions de vie des populations.
D’un coût global de 17,5 milliards, financé par l’Etat du Sénégal et la Banque islamique de développement (Bid) au bénéfice des collectivités locales de la région de Dakar, des communes de Tivaouane et Kaolack, ainsi que de la commune rurale de Touba Mosquée, le projet vise, selon Ousmane Ndao, à améliorer le système de gestion des déchets solides dans les collectivités locales. Il s’agit, en effet, de mettre en place un système municipal de gestion des déchets avec la construction d’infrastructures modernes de gestion et traitement des déchets, l’acquisition d’équipements de pré-collecte et collecte des déchets, le renforcement de capacités des acteurs, la sensibilisation et la communication. A ce titre, estime-t-il, les travaux sont assez avancés pour la construction de 32 Points de regroupement normalisé (Prn), 3 Centres de regroupement et de commercialisation (Crc) et 3 Centres intégrés de valorisation des déchets (Civd). Aussi, la  réception des ouvrages  et la livraison des équipements lourds de collecte et transport des déchets sont  attendus pour bientôt. Le coordonnateur de l’Ucg a insisté sur la construction des Civd pour dire que dans le passé on a beaucoup parlé des centres d’enfouissement technique. Aujourd’hui, dit-il, «l’Etat du Sénégal est à l’ère des Civd. Ce sont des infrastructures qui vont permettre d’accueillir les déchets, de les trier, de récupérer la partie valorisable et de les orienter vers des filières de valorisation». Il explique qu’«autour de ces centres, il sera installé des unités de valorisation telles que des aires de compostage (production d’amendement organique utile à l’enrichissement des sols)». D’ailleurs dans ce cadre, une campagne de sensibilisation et de nettoiement sera organisée pour «arriver à une appropriation des infrastructures et une contribution de tous les segments de la population à la gestion des déchets». Ainsi, du 8 au 13 novembre 2018, des activités de sensibilisation seront organisées dans la commune de Tivaouane et en particulier autour des quartiers polarisant les infrastructures avec l’appui des Comités technique locaux de gestion des déchets (Ctl) des communes concernées, de l’Ucg, de la Soseter et de l’Ong Rised world, pour échanger et faire adhérer les populations aux «causes de la prolifération de dépôts sauvages d’ordures dans les quartiers, les conséquences néfastes de l’insalubrité sur le développement économique, social et environnemental des territoires, la pertinence et les impacts des sites relais au niveau des quartiers». Sans oublier «la nécessité d’une gestion collective et responsable des Prn, la sensibilisation sur la chaîne de valeurs des déchets (production, conditionnement, tri, valorisation, pré-collecte et collecte)».
nfniang@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here