PARTAGER

Enda Ecopop lance le Projet Offensive citoyenne pour la résilience communautaire, l’amélioration des conditions de vie des populations, la bonne gouvernance, la prévention et lutte contre la corruption et l’évasion fiscale (Offlocc). D’un coût de 288 millions 200 mille francs Cfa, ce projet, qui va durer de deux ans, est une initiative citoyenne financée en partie par l’Union européenne et Global green growth institue (Gggi) qui intervient dans les fonds verts.
Efflocc accompagne donc les territoires d’abord dans la mobilisation des ressources locales. «Un pari», soutient Bachir Kanouté. Pour le coordonnateur exécutif d’Enda Ecopop, le souci des collectivités c’est la mobilisation des fonds pour financer le développement local. Il estime que les collectivités attendent les ressources de l’Etat. Et celles-ci ne sont pas suffisantes. «Elles représentent environ 5,5% du budget public», précise le document de presse. Or, «une récente étude montre que les territoires ne sont pas aussi pauvres qu’on le pense». Seulement, détaille l’étude, «il existe des mécanismes qui empêchent ces territoires de mobiliser le potentiel économique et fiscal». M. Kanouté d’indiquer que même les commissions de fiscalité locale relevant théoriquement des collectivités locales, mises en place pour collecter des ressources, n’ont jamais fonctionné. La conséquence, relève toujours M. Kanouté, c’est que les «mairies ne savent pas le potentiel fiscal ou si elles connaissent ce potentiel, elles ne disposent pas de mécanisme ou de stratégie pour mobiliser ce potentiel fiscal identifié». A ce problème s’ajoutent, d’après Bachir Kanouté, les pratiques corruptives, l’évasion fiscale notées dans les collectivités territoriales.
Et c’est là que va intervenir Offlocc. Dans la première année d’exécution, le projet va appuyer les communes en faisant en sorte que les commissions de fiscalité locales mises en place fonctionnent pour permettre aux territoires d’identifier le potentiel fiscal et d’élaborer des stratégies pour les mobiliser. La deuxième année du projet consistera à travailler avec les communes pour qu’une fois les ressources mobilisées qu’elles puissent aller vers le financement des projets stratégiques identifiés par les populations. «Tout cela va se faire par une approche participative et inclusive», promet le coordonnateur de Enda Ecopop. Une approche qui, selon lui, va rompre d’avec ce cercle vicieux qui fait que les populations ne payent pas les impôts, car elles ne sentent pas l’utilité de cet argent. Ecopop compte s’appuyer sur la sensibilisation, l’éducation des citoyens, en expliquant la fiscalité locale aux populations, mais aussi en faisant un plaidoyer à l’égard des autorités pour que l’essentiel des ressources puissent aller vers les financements des projets stratégiques pour répondre à la demande sociale, l’éducation, la santé, l’accès à l’eau, l’emploi des jeunes, des femmes.
Ce projet intervient dans un contexte d’élections. Ce qui constitue un premier obstacle selon Enda Ecopop. Mais les responsables du projet disent réfléchir sur ce risque et selon Kanouté, des stratégies d’atténuation sont en train d’être pensées, afin que le projet ne connaisse pas d’arrêt. Offlocc est mise en œuvre dans les régions de Dakar, Thiès, Diourbel, Sédhiou, Kédougou et Kolda.
ndieng@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here